Conseils communaux de Dangbo et Toviklin:Premiers clashs entre élus de la mouvance présidentielle

0
1410

La cohabitation entre les élus communaux et municipaux de l’Union progressiste (Up) et du Bloc républicain (Br) ne sera pas facile au cours de la quatrième mandature de la décentralisation. Nous l’annoncions au lendemain des élections communales du 17 mai 2020. Cela n’a pas raté. A Dangbo et à Toviklin, le torchon brûle déjà au sein des Conseils communaux. Dans la première Commune, une crise non pas sanitaire mais de confiance et de méfiance bat son plein. Lors de la deuxième session ordinaire de l’année convoquée pour le 23 juin, dix conseillers sur les 19 ont brillé par leur absence aux travaux.

Ils ont boycotté purement et simplement les travaux alors qu’ils étaient présents dans l’enceinte de la mairie. Selon les informations recoupées, ce boycott se traduit par le mécontentement lié à l’imposition du maire sortant à la tête de la Commune. Les conseillers n’ayant d’autres choix que de respecter les consignes lors de la désignation des maires et des adjoints aux maires ont voulu manifester à présent leur désapprobation par le boycott de ladite session. La séance n’a malheureusement pas pu se tenir, faute de quorum. Neuf conseillers dont huit du parti Up et 1 de la Force cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) étaient présents. Parmi les 10 élus boycotteurs, 7 sont du parti Bloc républicain (Br), 2 de la Fcbe et 1 de l’Up. Vivement que le développement soit la clé de sortie pour le bonheur des populations. A Toviklin, une prétendue démission de 3 Chefs d’arrondissement issus du Bloc républicain (Br) sème la confusion. Alors que le président de l’Union progressiste, Bruno Amoussou, a saisi l’autorité préfectorale d’une correspondance pour lui notifier le remplacement des 3 Chefs d’arrondissement démissionnaires, les concernés ont écrit à l’autorité préfectorale pour démentir leur prétendue démission. Pour eux, il s’agit d’une machination qui est ourdie pour les remplacer par des élus de l’Up, parti majoritaire. A Dangbo comme à Toviklin, les frustrations nées de la désignation des maires, adjoints aux maires et Chefs d’arrondissement sont toujours d’actualité. Certains élus communaux ou municipaux n’ont toujours pas digéré le fait que des candidats leur soient imposés par les partis politiques conformément à la loi interprétative et modificative du Code électoral au lieu de les laisser voter pour les personnes de leur choix. Ils trament des actions pour manifester leur désapprobation. Toute chose qui est en déphasage avec le système partisan prôné par le président Patrice Talon. Face à la situation, les partis politiques doivent prendre leurs responsabilités en extirpant des rangs les élus indisciplinés mus par des intérêts personnels au lieu de ceux de leur parti.

 

Abdourhamane Touré

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here