Contribution à la lutte contre le Coronavirus:La fondation Jacques-Anne Migan offre un million au gouvernement

0
1451

Le combat mené par le Bénin contre le Covid-19 est très bien apprécié par des citoyens et entreprises. Pour accompagner l’Exécutif, la fondation Jacques-Anne Migan, de l’ancien bâtonnier, offre un million de FCfa.

Le Matinal : Monsieur le Bâtonnier, la Fondation Jacques-Anne Migan, (de votre nom et de celui de votre épouse) vient d’offrir la somme de FCfa un million (1.000.000) au gouvernement du Bénin dans le cadre d’un élan de solidarité visant à accompagner celui-ci dans la lutte contre la pandémie du Covid 19 qui fait actuellement des ravages au plan planétaire. Alors parlez-nous plus en détail de cette institution.

 

Jacques Migan : La Fondation Jacques-Anne Migan est une Institution caritative créée en 1994 qui accompagne les populations béninoises dans la lutte contre la pauvreté à travers le secteur de l’éducation. C’est dire que nos activités s’échelonnent dans le temps. Mais globalement, ses activités s’articulent autour de trois axes.

 

Quels sont ces différents axes ?

 

Nous avons la Centre de documentation et d’information juridiques, l’accompagnement aux jeunes chercheurs et la salle informatique et de documentation sise dans le 3ème arrondissement de la Commune de Porto-Novo.

– Le Centre de documentation juridique « Jurisjam » est l’une des plus grandes bibliothèques de droit de notre pays. Elle comporte un fond documentaire très important contenant des ouvrages et un large éventail de revues et de magazines juridiques. La bibliothèque est sise à Cotonou (quartier les cocotiers). Il est accessible à tous (étudiants, enseignants, chercheurs).

 

– Ensuite, l’accompagnement aux scolaires et aux jeunes chercheurs par l’organisation de cours de vacances aux écoliers, de dons de fournitures scolaires aux élèves et par un soutien financier ou la prise en charge d’études à des chercheurs de niveau master ou doctorat.

 

– Enfin, la Fondation a mis en place l’année passée un Centre informatique permettant aux élèves et écoliers de la ville de Porto-Novo de se familiariser avec l’outil informatique et de faire des recherches. Cette salle sert également de lieu de lecture aux écoliers.

 

Quel est votre mot de la fin, Monsieur le Bâtonnier ?

 

Je voudrais inviter nos vaillantes populations à la sérénité et au strict respect des consignes des autorités sanitaires mais plus encore au développement d’un élan de solidarité généralisée.

Cette solidarité qui incombe à chacun d’entre nous en de pareilles occasions,  ne se manifeste pas seulement par le don d’une enveloppe ou de matériels. En effet,  en plus des ressources financières et matérielles que nous sommes appelés à apporter à l’effort national de lutte contre cette maladie ravageuse,  nous devrions aussi être solidaires dans nos actes,  nos gestes, nos pensées,  nos réactions et nos appréciations en ces moments critiques. Respecter les mesures mises en place par les autorités sanitaires pour préserver notre santé commune, c’est faire preuve de solidarité. Partager les bonnes informations sur le Covid-19 avec les couches de notre société qui ignorent encore tout de ce mal, c’est une forme de solidarité.

Aider à une prise de conscience dans les milieux où l’on résiste encore à la réalité de cette maladie,  c’est bien un autre niveau de solidarité.

Dans la solidarité,  la sérénité est garantie pour tous. Et quand on est serein,  l’auto-discipline est évidente. La solidarité,  la sérénité et l’auto discipline sont nos forces et nos armes pour une victoire certaine sur le Covid-19. Je suis convaincu qu’avec un tel élan de solidarité, nous vaincrons ce mal qui répand la terreur.

 

Propos recueillis pour Le Matinal par

Abdourhamane Touré

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here