Coopération transfrontalière:Un tremplin de développement pour le Bénin et le Burkina Faso

0
522

Le Bénin et le Burkina Faso ont signé un accord-cadre sur la coopération transfrontalière en vue de faciliter l’intégration entre les deux pays. C’était lors d’un atelier de validation bilatérale tenu à Cotonou le lundi 21 septembre 2020.

Bénéficier de projets intégrateurs avec l’appui des partenaires techniques et financiers et favoriser une intégration entre le Bénin et le Burkina Faso, c’est le but visé par cet accord-cadre que les autorités béninoises et burkinabé ont signé à l’issue de  l’atelier de validation bilatérale. Selon Marcel Baglo, directeur général de Agence béninoise de gestion des espaces frontaliers (Abégief), la question de l’exploitation et de la gestion des ressources frontalières et transfrontalières, implique la concertation entre les populations locales voisines.  Egalement, l’atelier ambitionne agir en vue de remédier à certains dysfonctionnements tels que l’absence de cadre légal régissant la coopération administrative transfrontalière dans les deux pays, l’insuffisance des actions de communication et de mobilisation des acteurs autour des questions transfrontalières, l’insécurité ainsi que les conflits dans les deux zones transfrontalières. « Du fait de la colonisation, nos Etats ont été séparés en plusieurs unités territoriales, renfermant une diversité d’ethnies disparates. Il s’agit d’un micro-nationalisme développé, cultivé au niveau de chaque nouvel Etat, se traduisant par des réticences, voire des replis sur soi », a-t-il affirmé. A ses dires, cet accord permettra, à l’issue de l’atelier, de renforcer les liens qui existent entre les populations frontalières. Pour Prosper Sanou Saidou, colonel de gendarmerie et gouverneur de la région de l’Est au Burkina Faso, la coopération frontalière se présente comme un moyen propice pour opérationnaliser la volonté politique et faire des zones frontalières des zones de brassage entre les populations et d’intégration sous-régionale. « C’est pour cette raison que le Burkina Faso, depuis son accession à l’indépendance, mène une politique de promotion de bon voisinage avec les pays limitrophes et de gestion intégrée des frontières avec pour finalité de préserver la souveraineté de l’Etat tout en permettant à sa population de vivre en parfaite harmonie avec les peuples voisins », a-t-il souligné.

 

Evelyne Dossou (Stag)

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here