Coronavirus:La Chine compte ses amis… et ses ennemis

0
3050

Hong-Kong a décidé de fermer ses ports et ses ponts avec le continent. L’inquiétude est donc toujours à son comble en Asie, alors qu’un certain agacement commence à poindre également à Pékin. On en a eu l’illustration notamment ce lundi quand les autorités chinoises ont accusé les États-Unis non seulement de ne pas leur avoir prêté assistance depuis le début de la crise. Mais en plus, d’avoir jeté de l’eau sur le feu.

Chose très rare de la part de la diplomatie chinoise, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères à Pékin a semblé presque réclamer une interférence étrangère dans cette crise sanitaire, qui touche des dizaines de millions de Chinois, rapporte notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde. Une interférence positive, bien sûr, la Chine a besoin notamment d’équipements de protection, à commencer par des masques pour se prémunir du virus. Or c’est tout le contraire qu’a fait Washington, explique Hua Chunying : non seulement les États-Unis n’ont pas tendu la main, mais ils ont été les premiers à quitter le navire.  « Le gouvernement américain ne nous a pas fourni d’aide substantielle. Il a été le premier à évacuer le personnel de son consulat à Wuhan, le premier à suggérer le retrait partiel de ses diplomates à l’ambassade. Le premier encore à imposer une interdiction de voyager aux ressortissants chinois. Cette attitude a, selon Pékin, contribué à « répandre la peur » et même à « semer le chaos », écrit le Quotidien du Peuple sur son compte Twitter, Washington ayant été suivi depuis par de nombreuses capitales.

 

Le Pakistan et la Malaisie solidaires de la Chine

 

La diplomatie chinoise tente maintenant de renverser cette panique du virus en sonnant ses alliés. Ce lundi, le Pakistan a déclaré reprendre ses vols à destination et en provenance de la Chine. Autre pays qui se déclare solidaire de la Chine : la Malaisie, qui va envoyer des millions de paires de gants en latex.

 

La Malaisie, solidaire

 

C’est la ministre des industries primaires qui en a d’abord parlé samedi 1er février. La Malaisie va envoyer 18 millions de paire de gants médicaux en latex à la Chine, pour aider son personnel médical à faire face à l’épidémie de coronavirus, rapporte notre correspondante, Gabrielle Maréchaux. Et ce dimanche, l’association de l’amitié sino-malaisienne a embrassé la démarche en annonçant à son tour l’envoi de 100 000 paires de gants. Ce n’est pas la première fois que la Malaisie et ses industriels se montrent ainsi généreux. En 2014, 20 millions de gants avait été envoyé vers le continent africain pour l’aider à faire face au virus Ebola. Grand pays producteur de caoutchouc, la Malaisie est un des premiers fabricants de matériel médical en latex. Mais aujourd’hui ce geste apparait dans un contexte inédit. Depuis l’annonce des 8 cas de personnes contaminées sur le sol malaisien, des propos anti-chinois ont été relayés en abondance sur les réseaux sociaux. Une pétition demandant aux douanes de ne plus accepter aucune personne de nationalité chinoise sur le territoire a également recueilli 400 000 signatures. Une requête pour l’instant ignorée par le gouvernement malaisien qui a préféré se montrer solidaire de la Chine. Avec plus de 360 morts et 17 000 personnes contaminées, le bilan de la maladie dépasse désormais celui du Sras en 2002-2003 en Chine continentale, selon les autorités chinoises. Résultat : après 10 jours de fermeture en raison des vacances pour le Nouvel An lunaire, les bourses de Shanghai et de Shenzhen accusent le coup. Elles ont perdu autour de 8 % ce lundi à la clôture.

 

Hong-Kong a décidé de fermer ses ports et ses ponts avec le continent

 

Dès minuit ce soir, les principaux postes frontières terrestres entre la Chine continentale et Hong Kong, notamment Lowu et Lok Ma Chau, seront fermés, rapporte notre correspondante à Hong Kong, Florence de Changy, ainsi que le terminal des ferries qui relient Hong Kong à Macao et à Shenzhen. Il ne restera que la frontière de Shenzhen Bay et le grand pont qui relie Hong Kong à Zhuhai et Macao à travers le delta de la Rivière des perles. L’aéroport reste ouvert mais les vols à destination et en provenance de Chine ont déjà été diminués de moitié. La cheffe de l’exécutif Carrie Lam a indiqué que cette nouvelle mesure permettrait améliorer les contrôles aux deux postes restant ouverts. Elle s’est toutefois défendue de céder à la pression des personnels hospitaliers qui ont fait grève aujourd’hui, en réclamant justement l’arrêt total des arrivées des visiteurs en provenance de Chine. Ils estiment ne pas être assez nombreux pour faire face à l’épidémie si le nombre de malades continuent d’augmenter. « Si on n’arrête pas tout de suite l’arrivée de malades potentiels, on ne pourra tout simplement pas traiter tout le monde », a déclaré Winnie Yu, la porte-parole du nouveau syndicat qui s’est formé pour cette opération. Même le plus grand parti pro-Pékin de Hongkong, le Dab, a soutenu ces demandes et a suggéré que tous les gens arrivant de Chine soient soumis à une quarantaine de deux semaines.

 

rfi

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here