Création du cadre de concertation pour une Lépi consensuelle:L’avis de Zinzindohoué, Faton et Ataï Guèdègbé

0
571

La mise en place du cadre de concertation pour une Liste électorale permanente informatisée (Lépi) consensuelle, était l’un des sujets abordés au cours de l’émission « 90 minutes pour convaincre » hier dimanche 25 octobre 2020 sur la radio nationale. Etaient invités, Abraham Zinzindohoué, vice-président chargé de la formation au niveau du parti Union progressiste (Up), Laurent de Laure Faton, secrétaire national adjoint à l’économie numérique de la Force cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) et Joël Ataï Guèdègbé, président de l’association « Nouvelle éthique ». A cette occasion, chacun d’eux a opiné sur la mise sur pied de cet organe.

Pour Joël Ataï Guèdègbé, président de l’association « Nouvelle éthique », membre de la Plateforme électorale des organisations de la société civile, la  mise en place du cadre de concertation pour une Lépi consensuelle par l’équipe dirigeante du Conseil d’orientation et supervision de la Liste électorale permanente informatisée (Cos-Lépi), le mercredi 21 octobre 2020 vise à permettre une grande concertation possible, une meilleure synergie entre les administrations et certains détenteurs de positions fondamentales dans l’accomplissement des tâches liées à l’actualisation de la Lépi. Selon l’acteur de la société civile, l’idée est de créer le cadre qui permet de se concerter et de fouetter le Cos-Lépi dans sa mission d’actualisation de la Lépi. « L’idée est de créer un cadre qui permet de se concerter, d’aiguillonner le Cos. Le cadre de concertation ne remplace par le Cos-Lépi. Il ne saurait lui donner des ordres, mais c’est toujours pour favoriser le dialogue, les échanges et s’assurer que le Cos-Lépi progresse conformément aux ambitions affichées dans la loi. Cela peut aider à porter les questions qui trainent et qui peuvent être oubliées dans le feu de l’action », a-t-il ajouté. A sa prise de parole, Laurent de Laure Faton, secrétaire nationale adjoint à l’économie numérique du parti Force cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), a laissé entendre que ce cadre permettra d’éviter les débats inutiles sur la fiabilité de la Lépi. « Ce cadre de concertation nous évite les débats inutiles sur la fiabilité de la liste. Le débat continue de se faire, mais on peut suivre à côté ce qui se fait parce que nous n’avons pas la chance d’être dans l’organe qui dirige aujourd’hui l’actualisation de la liste. Et puisque le cadre de concertation est au niveau national, aujourd’hui nous avons des représentants au niveau des circonscriptions électorales, au niveau des Communes qui supervisent à côté du Cos-Lépi », a-t-il déclaré. Abraham Zinzindohoué, membre fondateur du parti Union progressiste, est allé dans le même sens que ses prédécesseurs. Selon lui, le  cadre de concertation a pour objectif de crédibiliser la liste électorale et c’est le plus important. « Quand vous avez une liste électorale fiable, c’est 50% de fraudes qui sont déjà éliminées parce que la fraude commence à partir de la liste électorale », a-t-il ajouté. Pour rappel, le cadre de concertation pour une Lépi consensuelle a été créé le 21 octobre 2020. Composé de 21 membres il est présidé par Tabé Gbian, président du Conseil économique et social (Ces).

 

Léonce Adjévi

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here