Dégel de la crise électorale:Noël Chadaré fait des propositions

0
2707

Le secrétaire général de la Confédération des organisations syndicales indépendantes du Bénin (Cosi-Bénin), Noël Chadaré, était l’invité de l’émission « Zone franche » de Canal 3 Bénin le dimanche 17 mars 2019. Au cours de cette sortie, il a fait des propositions pour le dégel de la crise électorale.

Le débat sur la crise électorale ne cesse de retenir l’attention des personnalités socio-politiques béninoises. Cette fois-ci, c’est le Secrétaire général de la Confédération des organisations syndicales indépendantes du Bénin (Cosi-Bénin), Noël Chadaré, qui s’est prononcé sur l’émission « Zone franche ». Selon le syndicaliste, il faut donner l’occasion aux dix partis politiques de participer aux élections législatives d’avril 2019 en supprimant les blocages. Pour ce faire, Noël Chadaré préconise, d’une part, le retrait du certificat de conformité de la liste des pièces à fournir pour la déclaration de candidature. D’autre part, l’invité de « Zone franche » a invité les leaders politiques à trouver un consensus autour des textes et lois afin de permettre à tous les partis de faire des corrections. « La loi est faite par les hommes. Si elle doit conduire le pays dans le décor, il faut l’abandonner », a-t-il déclaré. Par ailleurs, il a invité le chef de l’Etat à siffler la fin de la crise et à prendre ses responsabilités si les pourparlers prennent du temps.  « Nous voulons des élections dans la paix et dans le délai constitutionnel. C’est la première fois qu’on organise des élections sous le président Talon et sans l’opposition, ce n’est pas bien pour son image », a-t-il déploré. Cependant, le Secrétaire général de la Cosi–Bénin a fait savoir sa joie pour l’exigence du quitus fiscal. « Je suis content qu’il y ait le quitus fiscal. C’est une bonne pièce contenue dans la loi. Avec ça, les caisses de l’Etat se sont remplies. On ne peut pas assumer une fonction de la sorte sans être à jour vis-à-vis du fisc », a-t-il indiqué. Revenant sur la situation qui prévaut actuellement à la Commission électorale nationale autonome, Noël Chadaré ne trouve aucun inconvénient à avoir une institution permanente. Toutefois, il souhaite qu’on la crédibilise en la confiant aux personnes apolitiques et sans moralité douteuse.

 

Mohamed Yasser Amoussa (Coll)

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here