Délivrance de récépissé provisoire aux Fcbe:L’administration publique prouve son impartialité

0
3310

Parti de l’opposition, les Forces cauris pour un Bénin émergeant (Fcbe) de Yayi Boni ont désormais une existence légale après avoir obtenu le récépissé provisoire délivré par le Ministère de l’intérieur. Plutôt que cet acte soit accueilli favorablement par toute la famille Cauris, il est suject à un procès de certains barons du parti. Il y a lieu de comprendre leurs intentions et d’en tirer les conclusions.

L’administration n’a dressé aucune chicanerie aux partis de l’opposition pour ne pas se conformer à la Charte des partis politiques. Et pour cause, l’obtention du récépissé provisoire par les Forces cauris pour Bénin émergent (Fcbe). Surpris, beaucoup estimaient que le président de la République, ou son camp, n’est pas disposé à délivrer ce « précieux sésame ». C’est donc un simple retour à la normale, qui permet de corriger la fausse perception selon laquelle le régime ne veut pas composer avec l’opposition. Ce récépissé provisoire est d’autant plus utile qu’il permettra aux Fcbe de revenir sur l’échiquier politique, afin de participer aux prochaines joutes électorales. Or, apparemment, l’obtention de ce précieux sésame ne semble pas plaire à tout le monde et n’a pas fait que  des heureux.

 

La contestation qui révèle le complot

 

Le camp « Yayi », depuis l’annonce de la nouvelle, semble divisé et même au bord de l’implosion. Certains caciques auraient visiblement préféré le statu quo et rester dans l’illégalité. La non-participation du parti aux législatives d’avril 2019 ne semble pas les avoir émus outre-mesure. Ils auraient voulu que la crise persiste, une crise factice  pour défendre les intérêts de deux ou trois personnes. L’objectif étant d’entretenir une psychose inutile et de faire tomber le pouvoir,  sinon le distraire suffisamment pour l’empêcher de continuer l’œuvre de reconstruction du pays. La construction ou le procès qui a suivi la délivrance du récépissé révèle combien de fois, les contestataires veulent se servir d’une situation dont ils sont responsables pour n’avoir pas voulu se conformer aux textes, pour se présenter en victimes de la gouvernance Talon. Accuser sans fondement le  régime de tous les crimes et le traiter de tous les noms d’oiseau et espérer attirer la sympathie de l’opinion publique est le mode de fonctionnement des Fcbe et des partis se réclamant de l’opposition. Cette actualité sur la délivrance du récépissé provisoire à l’ancien parti au pouvoir a permis de s’en convaincre car, le développement de ce sujet a laissé apparaître les intentions et les velléités de certains barons de braquer une certaine opinion contre le pouvoir en place. Il s’agit d’un complot qui consiste à pousser le régime à la faute et le présenter aux yeux du monde entier comme le non-démocrate. C’est de cela qu’il s’agit depuis que Yayi et ses sbires ne sont plus aux affaires. Ce jusqu’auboutisme est condamnable. Mais, au-delà de cette puérile guerre intestine, on retiendra que le pouvoir Talon n’a pas bloqué l’opposition ni les Fcbe, les empêchant de participer aux élections, contrairement à ce que les uns et les autres racontent. Il fallait juste se conformer aux exigences de l’administration. La délivrance de ce récépissé  devrait servir de leçon aux partis politiques non encore légalisés et qui traînent toujours les pas.

 

Abdourhamane Touré

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here