Dénouement du procès Icc-services:Olga Anassidé tresse des lauriers à la Criet

0
4909

L’émission « Zone franche » de Canal 3 Bénin du dimanche 10 février 2019 a eu pour invitée, Olga Anassidé, avocate au Barreau du Bénin et conseil de l’Etat béninois dans le cadre du procès Icc-services. Elle est revenue sur la décision rendue par la Criet tout en évoquant les leçons données par ce procès.    

« La Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme a rendu une décision qui, au-delà d’être bonne, est un grand soulagement pour le peuple béninois, c’est une délivrance. La Cour a dit le droit ». C’est en ces termes qu’Olga Anassidé, avocate et représentante de la partie civile constituée par l’Etat béninois a apprécié l’arrêt rendu par la Criet dans le cadre du procès Icc-services. En effet, du 17 décembre 2018 au 7 février 2019, soit 52 jours durant, le procès Icc-services a tenu en haleine toute la population béninoise. Pour l’invitée, la tâche a été fastidieuse, mais passionnante. C’est un grand procès qui a connu son épilogue. Cela s’explique par la durée des débats, le nombre de citoyens impactés par le drame et la qualité des personnes qui ont défilé en qualité de témoins, de sachant ou de prévenus. « C’est un grand procès pour le dispositif mis en place, car les autorités voulaient que chaque citoyen sache ce qui s’est passé », a-t-elle déclaré. Mieux, elle a laissé entendre que le dossier a permis de mettre à la face du monde les plaies de la société béninoise et les maux qui minent l’administration. Revenant sur la peine prononcée à l’endroit des accusés, Olga Anassidé a fait savoir  que la Cour a prononcé la plus lourde peine s’agissant des infractions retenues. « La décision est satisfaisante. Le plus grand jugement est la connaissance que chacun a eue à travers son acte », a-t-elle martelé. Selon l’invitée, la diffusion radiophonique du procès est une très bonne décision prise par les autorités. A l’en croire, la diffusion a permis aux populations d’être au courant du déroulement du procès. « Même dans les contrées les plus reculées, les populations se sont imprégnées de ce qui s’est réellement passé », a fait savoir l’avocate.

 

Quid des spoliés qui seront remboursés ?

 

Dans son intervention, Olga Anassidé a indiqué que les spoliés dont les  noms ont été cités dans l’arrêt sont ceux qui ont fini le processus. « C’est ceux qui ont comparu. Ils ont fait valoir leurs documents lors de la procédure. Ils sont reconnus par la caisse de consignation et de dépôt », a-t-elle laissé entendre. Quant aux autres, l’invitée a confié qu’ils peuvent saisir un juge qui décidera s’ils seront remboursés ou pas sur la base de l’authenticité de leurs documents ou de leurs contrats avec Icc-services.  Elle n’a pas manqué de préciser que le remboursement se fera avec les fonds issus de la vente des 151 biens des promoteurs de Icc-services et des ressources qui existent au trésor et à la greffe de Cotonou. Olga Anassidé a rassuré que les juridictions seront saisies afin que les autorités politico-administratives impliquées dans le dossier soient écoutées. « Les actes et faits qui les sont reprochés seront déférés devant la Haute Cour de justice où elles iront répondre », a-t-elle conclu. Pour finir, elle  a rendu hommage à tous les acteurs judiciaires impliqués dans ce procès.

 

Mohamed Yasser Amoussa (Coll)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here