Dépôt des dossiers de candidature pour les Communales du 17 mai:Huit partis réussissent la première phase   (Les dossiers du Mpl rejetés)

0
1313

Huit formations politiques peuvent espérer participer aux élections communales et municipales du 17 mai 2020. Après la vérification de la complétude des dossiers de candidature des partis politiques, huit formations politiques sur neuf ont été retenues par la Commission électorale nationale autonome (Céna) pour la première phase de l’examen des dossiers de candidature. Hormis le Mouvement populaire de la libération (Mpl) dont les dossiers ont été rejetés, les autres partis politiques seront fixés sur leurs sorts à travers la délivrance des récépissés définitifs cette semaine.

Les partis Union progressiste (Up), Bloc républicain (Br), Force cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), Force cauris pour le développement du Bénin (Fcdb), Mouvement des élites engagées pour l’émancipation du Bénin (Moele-Bénin), Parti du renouveau démocratique (Prd), Union démocratique pour un Bénin nouveau (Udbn) et Parti pour l’engagement et la relève (Per) ont satisfait aux exigences de la loi au terme de cette 1ère phase de l’examen de la complétude des dossiers de candidature pour le compte des élections communales et municipales du 17 mai 2020. Ils ont reçu leurs récépissés provisoires le jeudi 12 mars 2020 pour l’Up et le Br, le vendredi 13 pour la Fcbe et la Fcdb et le samedi 14 pour le Moele-Bénin, le Prd et le Per. Dans le lot des neuf partis politiques qui ont déposé leurs dossiers de candidature, seul le Mouvement populaire de libération (Mpl) n’a pu passer le cap de cette première étape. Au cours de son point de presse bilan le samedi 14 mars 2020, le président de la Céna, Emmanuel Tiando, est largement revenu sur le cas Mpl. Selon la première autorité de la Céna, la déclaration de candidature du parti a été rejetée parce que le nombre de candidats présentés est 3682 au lieu de 3630 comme le  prescrit le Code électoral. En dehors de cet important détail, plusieurs autres irrégularités ont été relevées dans la candidature du parti présidé par Sabi Korogoné. Il s’agit entre autres, du 3ème suppléant dans l’arrondissement de Dagbé, Commune d’Ifangni qui n’a pas été retrouvé. Des doublons ont été aussi constatés dans la Commune de Dogbo. « Quand le Mpl est arrivé à la Céna la nuit du 11 mars 2020, ses dossiers étaient en désordre. La Céna a mis à leur disposition une salle pour qu’ils puissent s’organiser. Des commissaires de l’organe passaient régulièrement s’enquérir de l’évolution de leurs travaux (qui devaient être faits avant la venue à la Céna), mais ils signalaient régulièrement n’avoir aucun problème. Comme les autres partis qui n’étaient pas prêts, on leur a donné un délai de grâce. La Céna a joué donc sa partition pour leur faciliter la tâche », a déclaré le numéro 1 de la Commission électorale qui a noté, par ailleurs, que le parti a refusé d’utiliser l’application mise gracieusement à sa disposition pour lui faciliter la tâche.

 

Quid de la seconde phase de l’examen des dossiers ?

 

La seconde phase du processus d’étude des dossiers de candidature a démarré hier, dimanche 15 mars 2020. Elle porte sur la vérification des dossiers produits et sur leur conformité par rapport aux exigences de la loi. « C’est à l’issue de cette seconde phase que nous allons informer les candidats des partis politiques des insuffisances complémentaires qui ont été notées dans l’examen de vérification des dossiers. Nous allons leur notifier ces insuffisances et leur donner trois jours pour satisfaire ces exigences de la loi et après quoi, nous allons leur délivrer le récépissé définitif », a fait savoir Emmanuel Tiando. Il a, en outre, ajouté qu’il reste beaucoup de compléments à apporter aux dossiers des partis politiques. Tout en souhaitant que les partis obtiennent toutes les pièces manquantes à leurs dossiers, Emmanuel Tiando a précisé que la Céna reste disponible pour apporter son appui aux formations politiques qui ont des problèmes. « Je redemande aux partis politiques de faire en sorte qu’ils puissent saisir la perche que nous leur tendons pour mieux préparer leurs dossiers afin qu’on ne constate pas des rejets lorsque nous allons procéder à la réception de leurs dossiers de candidature », a conclu le président Tiando. Selon le calendrier électoral en cours d’exécution, la publication des listes des candidats retenus pour participer aux Communales et Municipales du 17 mai 2020 par la Céna interviendra le 23 mars 2020.

 

Marcus Koudjènoumè

 

 

Les clarifications du président de la Céna

Au terme de la journée du samedi 14 mars 2020 qui a vu délivrés les récépissés provisoires à 8 partis politiques, le président de la Commission électorale nationale autonome (Céna) a fait le point. Emmanuel Tiando en a profité pour lever le voile sur le cas du Parti populaire de libération (Mpl) dont le dossier a été rejeté. Ci-dessous, des extraits sa déclaration.

« Mesdames et Messieurs les professionnels des médias. Conformément à son calendrier électoral, la Céna a procédé le mercredi 11 mars 2020  la réception et à l’enregistrement des déclarations de candidatures des partis politiques désiteux de prendre part aux élections communales et municipales du 17 mai prochain. Dans un souci d’information et de transparence dans la conduite du processus, électoral, nous avons voulu tenir ce point de presse pour porter à la connaissance de l’opinion publique les résultats des délibérations de l’Assemble plénière de la Céna au terme de ses opérations d’enregistrement des déclarations de candidatures des partis politiques. Il convient de préciser avant tout que conformément aux dispositions de l’article 41 du Code électoral, les délibérations de la plénière ont porté sur l’examen de la complétude du nombre de candidats et du nombre de dossiers de candidats présentés par chaque parti politique soit au total, 3630 candidats titulaires et suppléants et 3630 dossiers de candidats par parti politique. Il faut aussi souligner que l’article 177 du Code électoral conforté par la décision n°2020-01-Ca/Ecm du 18 février 2020 de la Cour suprême, fait obligation à tous les partis de présenter les candidats dans les 546 arrondissements de notre pays. Par conséquent, l’absence d’un candidat sur une liste entraîne immédiatement le rejet de cette liste sans possibilité de complétude ultérieure.

Ainsi, le 11 mars 2020, la Céna a reçu 9 partis politiques en vue de l’enregistrement de leurs déclarations de candidature. Il s’agit de : Bloc républicain (Br), Force cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), Union progressiste (Up), Mouvement populaire de libération (Mpl), Mouvement des élites engagées pour l’émancipation du Bénin (Moele-Bénin), Force cauris pour le développement du Bénin (Fcdb), Union démocratique pour un Bénin nouveau (Udbn), Parti pour l’engagement et la relève (Per) et Parti du renouveau démocratique (Prd).

Au terme de cette première phase de l’examen de complétude du nombre des candidats et du nombre des dossiers présentés par les partis politiques, la plénière a retenu que les partis politiques ci-après ont satisfait aux exigences de la loi et il leur a été délivré un récépissé provisoire. Je rappelle que le récépissé provisoire n’est pas un passeport automatique pour aller aux élections. Il ne s’agit que d’un récépissé provisoire dans la mesure où il y aura une seconde phase qui consistera à l’étude de la recevabilité et de la validation de ces dossiers de candidature. Par conséquent, il ne faut pas trop jubiler. Nous avons avec cette délivrance du récépissé provisoire, joint les différentes observations qui sont faites aux différents partis politiques pour qu’ils puissent donner satisfaction à ces exigences prévues par la loi. Ce récépissé a été délivré aux partis ci-après :

  1. Union progressiste
  2. Bloc républicain
  3. Force cauris pour un Bénin émergent
  4. Force cauris pour le développement du Bénin
  5. Mouvement des élites engagées pour l’émancipation du Bénin
  6. Parti du renouveau démocratique
  7. Union démocratique pour un Bénin nouveau
  8. Parti pour l’engagement et la relève

Quant au parti Mouvement populaire de libération (Mpl), sa déclaration de candidature a été rejetée pour les raisons suivantes :

– Nombre de candidats présentés sur la déclaration du parti Mpl: 3682 au lieu de 3630 que prescrit le Code électoral.

– Nombre de postes restant à pourvoir : il reste un siège à pourvoir alors que le Code électoral dit expressément que tous les sièges doivent être pourvus.

– Nombre de dossiers de candidats déposés : il nous a été impossible de vérifier le nombre de dossiers de candidats déposés car dans certains cas, les pièces de plusieurs personnes ont été pêle-mêle regroupées dans des chemises sans qu’on ne puisse identifier des dossiers de candidats.

Au total, nous observons sur cette déclaration de candidature du Mpl, 3682 candidats au lieu de 3630 ; ce qui est contraire aux dispositions du Code électoral. La loi n’a pas dit qu’il faut produire plus de 3630 dossiers. En plus, le parti demande à la Céna de retirer les 52 candidats supplémentaires. Ce n’est pas à la Céna d’identifier ni même de soustraire. C’est le parti qui vient déposer la liste de ses candidats conformément aux prescriptions de la loi. Les candidats doivent être présentés dans toutes les circonscriptions électorales. Il manque au Mpl, un candidat. Il n’a présenté en fait que 3629 candidats. Mieux, on ne sait pas à quel arrondissement se rattachent ces candidats. Des sièges n’ont donc pas été dotés de candidats sur la déclaration de candidature. Par exemple au poste de 3ème suppléant dans l’arrondissement de Dagbé, Commune d’Ifangni. Des doublons de candidats ont été aussi constatés sur la liste des candidats de la déclaration. Le mélange des dossiers de candidats par arrondissement sans spécification des positions des candidats. Dans la Commune de Dogbo par exemple, les dossiers n’ont pas été constitués rendant de fait impossible l’identification des arrondissements et l’examen de complétude de la déclaration et des pièces de dossiers de candidats ».

Impressions des responsables des 6 partis politiques

Outre l’Union progressiste et le Bloc républicain, 6 autres partis politiques ont obtenu, les vendredi 13 et samedi 14 mars 2020, leurs récépissés provisoires. Il s’agit de la Force cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), de la Force cauris pour le développement du Bénin (Fcdb), du Mouvement des élites engagées pour l’émancipation du Bénin (Moele-Bénin), du Parti du renouveau démocratique (Prd), de l’Union démocratique pour un Bénin nouveau (Udbn) et du Parti pour l’engagement et la relève (Per). Leurs responsables livrent ici, leurs impressions.

Garba Yaya, membre de la Fcbe : « Nous allons revenir chercher le récépissé définitif »

 

« Nous avons reçu le récépissé provisoire. La synthèse des observations est essentiellement basée sur le quitus fiscal et les cartes d’électeur, quelques certificats de nationalité, des casiers judiciaires à combler. Nous pensons qu’avant la notification réelle, nous allons combler le vide et revenir chercher le récépissé définitif. Aujourd’hui, la Fcbe, comme les deux premiers partis du pouvoir, vient d’être déclarée éligible aux élections communales et municipales du 17 mai 2020. Nous profitons pour dire à nos militants que nous sommes dans la course. C’est confirmé. Tout le monde n’a qu’à prendre son bâton de pèlerin pour qu’au soir du 17 mai 2020, nous soyons en tête dans les résultats ».

Soumanou Toléba, président de la Fcdb : « Nous allons nous mettre au travail afin de prendre en compte les observations »

 

« C’est une joie importante partagée par l’ensemble des membres et sympathisants de notre partis parce que le travail n’a pas été fait seul. Quand on fait un travail, il faut le parfaire. On a reçu des observations. Nous allons nous mettre au travail à partir de ce soir afin de prendre en compte les observations qui sont en réalité une contribution pour améliorer le travail que nous avons déposé. Nous sommes en train de travailler pour aller très loin. Je crois qu’il y a de l’avenir ».

 

Jacques Ayadji, président du Moele-Bénin : « L’émancipation du Bénin commence aujourd’hui »

 

« Je vais m’adresser aux militantes, militants et sympathisantes du Moele-Bénin puis à l’ensemble du peuple béninois. Je voudrais leur dire que la fumée blanche ne sort pas comme cela. Cette fumée blanche, c’est le récépissé provisoire d’enregistrement de notre déclaration de candidature. L’émancipation du Bénin commence aujourd’hui. Et c’est comme cela que dans quelques jours, nous allons brandir le récépissé définitif ».

Falilou Akadiri, Sg du Prd : « Ce récépisséprovisoire est un trophée »

 

« Ce qui vient de se passer pour nous est une délivrance, une délivrance par rapport à la peur, à l’angoisse, aux manipulations et aux intoxications. Je vais adresser mes remerciements au président Adrien Houngbédji. Vous serez surpris lorsque je vous dirai que dans tout ce processus, il s’est totalement détaché. Il a dit au Comité supérieur national qu’il le laisse faire, de montrer ce dont il est capable et d’agir comme s’il n’était pas là. Ces mots forts ont conduit les membres du Comité à réfléchir sous la lourde responsabilité que leur a transmise Maître Adrien Houngbédji. Ce récépissé que nous venons d’obtenir est un trophée. Nous l’offrons au président Adrien Houngbédji. Je voudrais remercier le gouvernement pour les décisions très avisées prises qui ont permis à tout le monde de se sentir à l’aise parce que si les choses se poursuivaient comme cela s’était passé, beaucoup de partis auraient eu des difficultés ».

Claudine Prudencio, présidente de l’Udbn : « La Céna a fait un excellent travail »

 

« Je suis satisfaite du récépissé provisoire que nous avons obtenu. L’attente a été longue puisqu’il fallait vérifier tous les dossiers. La Céna a fait un excellent travail que nous avons beaucoup apprécié. Nous avons quelques observations à prendre en considération. Nous allons tout faire pour être dans les normes afin d’obtenir le récépissé définitif ».

Nathanaël Koty, président du Per : « Nous venons de franchir une autre étape »

 

« Nous venons de franchir une autre étape en obtenant le récépissé provisoire. Avec les observations, nous devons reprendre le travail très rapidement en prenant en compte les remarques. Cela voudra dire que nous devons nous mettre très rapidement au travail. Il s’agit des pièces comme les certificats de nationalité que nous n’avons pas pu obtenu avant de déposer les dossiers ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here