Développement du Bénin 30 ans après la Conférence nationale:Fred Houénou optimiste pour l’avenir

0
3188

L’émission politique « L’Entretien » de la Chaîne de télévision privée E-Télé a reçu hier dimanche 23 février 2020, Fred Houénou.  Conseiller technique aux actions stratégiques au Ministère de la communication et de la poste, il a donné son avis sur l’application des résolutions issues de la Conférence nationale des forces vives de février 1990.

Le conseiller technique aux actions stratégiques du ministre de la communication et de la poste du Bénin, Fred Houénou, pense que le seul prestige qu’inspire la glorieuse histoire du Bénin ne peut être suffisant pour justifier sa présence dans le concert des grandes Nations de l’Afrique. Il l’a fait savoir  sur l’émission « L’Entretien » de la chaîne privée E-Télé. Selon lui, le Bénin se porterait mieux  si l’on avait appliqué  les résolutions de la Conférence nationale de février 1990, puisque les piliers qui fondent le modèle social d’un pays n’ont pas été posés. Il s’agit de l’instauration d’un Etat de droit, du libéralisme économique et du multipartisme intégral. « Quand on a un modèle social comme cela depuis les années 90, je pense que l’on a tous les atouts pour réussir. Mais quelques années plus tard, on n’est pas sorti, de l’auberge. Vous constatez qu’on parle encore de pauvreté, de précarité  et de chômage. Dans ces conditions, le Bénin ne peut pas se vanter de dire qu’il a un meilleur modèle social », a-t-il expliqué. A la question de savoir  ce qui a été à la base de cet échec, il a fait savoir que pendant la révolution, l’on a mis dans la tête du peuple qu’il n’était pas libre et dès lors qu’il a recouvré sa liberté, chacun en a fait ce qu’il voulait. Pour que le Bénin  se porte bien, il propose que chaque citoyen mette sa liberté au service du développement de la Nation.  « La liberté ne consiste pas à jouir de nos volontés indéterminées, mais à rechercher  les causes qui nous détermine et parmi les causes qui nous déterminent, il y a les causes qui nous limitent forcément. Notre liberté devrait nous amener à chercher ce qui nous limite vraiment dans ce processus d’épanouissement », a-t-il confié. Pour finir, il a salué les réformes entreprises par le chef de l’Etat, Patrice Talon, depuis son arrivée au pouvoir pour le développement du pays. Il l’a invité à continuer dans ce sens pour sortir le pays du sous-développement.

 

Léonce Adjévi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here