Développement du Bénin depuis avril 2016:« …Talon…fera mieux au cours de son second mandat »

0
423

Il n’y a aucun ancien chef d’Etat qui a mieux conduit le développement du Bénin au terme de son premier mandat constitutionnel que l’actuel locataire du Palais de La Marina. Le sociologue Gilles Gohy en est convaincu. Dans sa réflexion intitulée la « La mauvaise foi qui pense à tort détruire le président Patrice Talon ? » ci-dessous publiée, l’universitaire invite les Béninois à réfléchir pour voter utile en 2021 en faveur du second mandat du Patrice Talon (2021-2026). Lire la réflexion.

Je commence ma réflexion d’aujourd’hui par la question fondamentale suivante, à la fin du premier mandat constitutionnel du Président de la République en exercice : « Qui a pu faire autant (ou mieux) que Président Patrice Talon en moins de cinq ans ? » Question pour un champion !

Essayons d’y répondre, avec comme analyseur principal, la mauvaise foi de certains acteurs politiques qui pensent à tort nuire au président Patrice Talon. Leur mauvaise foi est effectivement le prisme d’appréciation des divers éléments de langages dans les médias désormais pris d’assaut par des politiciens en mal de sensations et de délires sinistres, comme si le Bénin leur appartient en propre. Perplexes, nous assistons davantage à un déferlement de mauvaise foi qui frise aisément le dévergondage d’anciens ministres / députés curieusement amnésiques d’un passé récent ! Qu’y a-t-il donc dans la politique telle que pratiquée au Bénin qui fait promptement se dédire des personnes qui firent pourtant leurs preuves dans notre pays ? Qu’est-ce qu’il y a dans cette politique qui fait que quand on n’exerce pas le pouvoir d’Etat, on trouve que le monde s’effondre ? Nous allons le voir tantôt !

Dans la vie, l’importance de certains évènements nous incite à croire que nous ne sommes nés que pour les vivre. Et quand ils se produisent, il nous paraît bien évident que nous les attendions. Nous avons alors l’impression que le restant de notre vie va s’y fixer comme certains mollusques adhèrent à la coque des bateaux. Mais, la vie continue et les faits qui nous ont tant émus font lentement naufrage dans notre esprit, parce que nous avons la foi de participer et d’aller de l’avant ! La Foi, en ces deux polarités (bonne / mauvaise), suscite ainsi la motivation qu’elle crée et constitue d’office un élément déterminant, l’essence ou le moteur de l’action sociale !

Il n’y a pas de miracle pour réussir (ou échouer) dans la vie. Soit le Créateur vous dote des dispositions nécessaires pour ce faire et vous savez que vous êtes né pour réussir, soit, l’on vous révèle le potentiel de réussite (ou d’échec) en vous ! Dans un cas comme dans l’autre, seul Dieu-Tout-Puissant ou Allah-Le-Miséricordieux fait réussir ! Le succès ne s’improvise donc jamais ! Ou vous êtes né pour réussir et vous y parvenez, quelle que; soit la situation, ou vous échouez fatalement, quelle que soit la densité de votre rêve ou la tonicité de votre ambition, démesurée ou irréaliste ! La dualité fondatrice de l’Univers qu’elle modélise constamment, fonde ainsi la dynamique sociale. Celle-ci révèle actuellement à suffisance le vécu paradoxal du Béninois pétri de contradictions différenciées dans ses heurts et bonheurs. On ne peut pas faire, mais on cherche à détruire celui qui veut faire ! Quelle méchanceté !

Dans cette fonctionnalité et pour la cause, deux catégories de personnes structurent fondamentalement la faune politique béninoise :

-les Béninois de bonne foi bourrés de positivités diverses pour le bien des communautés béninoises ; et

– ceux qui vivent de mauvaise foi et la suintent comme la sueur avec les pores, dans l’inconfort de l’effluve mal assumé. Ce ne sont pas seulement les hommes corporellement malpropres qui sentent mauvais ! Les gens de mauvaise foi aussi !

On m’objectera éventuellement une potentielle autre catégorie, mais, elle est pseudo, celle-là : c’est la catégorie du Béninois qui n’est ni de bonne foi, ni de mauvaise foi, donc, intercalaire ou simplement indifférent ! Sorte d’agnostique bizarre, je la classe allègrement dans la deuxième catégorie, celle des Béninois de mauvaise foi : c’est effectivement faire preuve de mauvaise foi que de se targuer de ne pas en avoir au Bénin de La Rupture !

Une certitude demeure : quand il est de bonne foi, le Béninois conséquemment optimiste, donc bourré de la volonté de réussir, est toujours éclairé et irrésistiblement attiré vers et pour le succès. En somme, il irradie et brille, comme les émanations de la lumière dans une chambre obscure ! Et comme un aimant qui attire la limaille, la fleur riche en miel qui appelle irrésistiblement l’abeille, le succès vient à lui, fatalement, et tout lui réussit !

La source de réussite de Talon

L’inaltérable bonne foi du président Patrice Talon depuis 2016 est donc la seule source de son succès permanent reconnu dans des ovations soutenues par tout Béninois de bonne foi! Tout simplement !

Tenez donc !

1- Avec le président Patrice Talon, depuis 2016, sans aucune litanie sinistre ou démagogique, le Bénin en développement n’est plus une Arlésienne, mais une réalité quotidiennement vécue par tous !

Auparavant toujours fortement désirée et simplement rêvée mais jamais obtenue, l’Arlésienne qu’était le développement amorcé du Bénin est désormais bien là, depuis le concret révélé en 2016, avec le président Patrice Talon ! Aucune main ne peut jamais empêcher la lumière de briller : le bien ne fait ni du bruit, ni du mal ! C’est cela, Patrice Talon, l’homme du Bénin pour le Bénin Révélé ! Aucune mauvaise foi ne peut altérer cela !

2- Au bord d’un cours d’eau, et pour l’harmonie ambiante de l’écosystème, il y a généralement tout, dans sa flore et sa faune : les criquets qui, de leurs sorties stridentes, aiguisent les basses des crapauds ; les sauriens cruels qui, de leurs yeux boueux, effraient parfois les biches ou les gazelles rétives et enfin toutes autres espèces animales ou végétales qui jouent des partitions différenciées, pour la grande symphonie écologique et sociétale.

Tout le monde veut alors profiter de cet écosystème favorable à toutes les vertus mais aussi disposé à tous les vices ! Il en est ainsi du Bénin où depuis plusieurs mois, diverses ambitions aussi bizarres que normales enflent pour rêver gouverner le Bénin à partir de 2021 ou pour supputer sur la popularité ou non de tel ou tel acteur en exercice de pouvoir ou de compétence, pourtant de fort belle manière !

Pourquoi pas ! Nul n’interdira jamais au chien de rêver et de s’en contenter, tout simplement ! Quoi de plus normal ? Quand on voit une belle maison bien aménagée, la réaction humaine tout à fait attendue est de rêver y habiter, légitimement ! C’est du rêve d’avancer résolument que naissent les grandes réussites, fruit des réalisations bien pensées et légitimes ! Mais, le rêve devient délire quand ce n’est que le reflet de la démesure d’un esprit tourmenté qui vit mal son complexe œdipien ! Avant de se coucher, il faut s’asseoir ! Et il n’est pas réaliste et sensé de vouloir se coiffer en Carl Lewis quand sa tête de calebasse ne se prête qu’à une coiffure « clôbôtô » ! Il faut savoir raison gardée, tout simplement ! Je me demande toujours pourquoi certaines gens ne comprennent pas ça, pour agir conséquemment !

3- Ainsi, perplexe devant de lugubres manifestations multivariées d’humeur face à la gouvernance actuelle du Président Patrice Talon, et passablement intrigué de tant d’outrecuidances et d’irrévérences imméritées, mon réflexe de statisticien démographe de haut niveau prit le dessus, royalement !

Je fis donc procéder à un sondage aléatoire auprès d’un échantillon représentatif de Béninois ordinaires, donc auprès de positifs et dignes fils du Bénin. Ceux-ci sont fatalement objectifs par rapport à l’appréciation saine des enjeux du développement du Bénin sur toute l’étendue du territoire national, puisqu’ils sont sans parti pris évident envers le Président du Bénin en exercice du difficile pouvoir d’Etat.

Quoique peu surpris du résultat, je dus noter, à mon corps défendant qu’au moins 7 Béninois sur 10 s’essoufflent désormais, avec grande satisfaction

• à énumérer les réalisations infrastructurelles de La Rupture du Président Patrice Talon, en moins de cinq ans de gouvernance ou

• à parler de toutes les satisfactions sectorielles dans le Social de ce Président unique dans l’Histoire du Bénin !

Hors de toute mauvaise foi politicienne, la satisfaction du Béninois normal envers la gouvernance du Président Patrice Talon est patente, n’en déplaise à ceux qui pensent à tort replonger le Bénin dans les torpeurs et les décombrements des errements de son passé récent !

4- Les gens de la seconde catégorie préalablement identifiée, ceux de mauvaise foi avérée, vont bientôt déclencher une volée de bois vert contre ma modeste personne : j’assumerai, comme d’habitude, incapable de faire autrement ! On ne peut pas se taire devant l’injustice flagrante et la mauvaise foi agissante !

5- Vomir erronément des inepties du genre, rien que pour dénigrer : « …On a toujours fait des routes au Bénin ! » est simplement la mauvaise foi caractéristique d’une certaine époque de l’histoire sociopolitique du Bénin faite de méchancetés et de perversions gluantes.

Un parallèle est ainsi vite établi quand, dans le même dessein pernicieux, on se souvient qu’il fut opposé dans ce pays à un président de la République en exercice que « ce ne sont pas les pavés qu’on mange… »

Des questionnements

Evidente dans les deux cas, la mauvaise foi en branle suscite fatalement les questions corrélatives suivantes :

a- De quelles routes s’agissait-il ? Celles qu’étaient les voies rabotées et ensuite noircies au mazout et qui se dégradaient en moins de deux ans ?

b- Ces voies cabotinées sont-elles comparables aux routes goudronnées épaisses de 22 cm du Projet Asphaltage du Président Patrice Talon ?

c- Quand eut-il jamais au Bénin la construction simultanée de pareilles routes massues dans neuf villes béninoises ?

La mauvaise foi, essentiellement perverse, ne reconnaîtra pas qu’on n’a encore jamais vu ça au Bénin !

Dans une dynamique sadique de dénigrement systématique du président Patrice Talon et de La Rupture, on nie malheureusement l’évidence : le succès unanime du projet Asphaltage partout ovationné !

En colportant des ragots pour le discréditer, les gens de mauvaise foi se discréditent eux-mêmes en mettant mal à l’aise les communautés béninoises innocentes que ces politiciens de mauvaise foi ambitionnent pourtant de gouverner !

Toujours rongé par le virus de la mauvaise foi qui rend incapable de reconnaître le mérite de l’Autre, on se rabaisse à dire que les Béninoises ont toujours eu des marchés ! Les marchés modernes initiés par La Rupture du Président Patrice Talon pour améliorer efficacement les conditions socioéconomiques de vie des femmes et dont les chantiers évoluent allègrement, ne sont pas appréciés à leur juste valeur…parce que c’est ce Président qui les réalise ! Viscérale, la mauvaise foi empêche ainsi de le louanger ! Pourtant, c’est de Lui dont le Bénin a encore besoin ! N’en déplaise !

6- Nulle part rien ne marche parfaitement ! Perdre son temps à critiquer inutilement est de la mauvaise foi et ne sert vraiment à rien ! Réfléchir pour faire mieux, proposer pour améliorer le vécu des populations béninoises nécessiteuses est pourtant la seule façon d’agir digne d’une personne positive ! Et c’est ce que le Président Patrice Talon fait si bien !

7- Et quand on a le grand bonheur d’avoir un Président de la République comme celui-là, la bonne foi vaillante demande et veut qu’on le chouchoute pour le bien du Bénin qui en a vivement besoin !

Je crois en avoir assez dit pour vous permettre de répondre aisément à l’importante question : « Qui peut faire autant que le président Patrice Talon à partir de 2021 ? » La réponse est toute trouvée : c’est simplement Patrice Talon qui fera mieux au cours de son second mandat 2021-2026 !

Béninoises et Béninois : soyons donc de bonne foi !

Soyons rationnels et économisons nos maigres ressources financières à utiliser à bon escient pour le bonheur des communautés béninoises qui en ont tant besoin !

Soyons des artisans de la première catégorie des personnes de bonne foi qui œuvrent inlassablement à la phase 1 du projet Asphaltage, en attendant sa phase 2 !

Réfléchissons donc à voter utile en 2021 en faveur du second mandat du Patrice Talon (2021-2026) !

Professeur Gilles Expédit Gohy.

Sociologue – Statisticien démographe et politologue.

Maître de conférences en sociologie du développement.

Directeur adjoint de cabinet du ministre de la Communication et de la poste.

N.B : Les intertitres ne sont pas l’auteur. Ils sont de la rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here