Dialogue politique:L’opposition s’enferme

0
1730

Entre le Chef de l’Etat, Patrice Talon et l’opposition on sait désormais qui veut la paix à travers le dialogue. Il suffit de voir comment réagissent les acteurs de l’opposition après l’annonce du dialogue faite par le président de la République.

Reprendre les législatives, abandonner les poursuites contre les personnes inculpées par la justice. Au nombre des préalables posés par l’opposition pour accepter le dialogue figurent ces principales questions. C’est le moment de se tourner vers cette opposition pour poser certaines questions. Si les élections se sont déroulées dans les contextes qu’on connaît, est-ce qu’elle n’a pas une grande part de responsabilité dans ce qui est arrivé? Pourquoi l’opposition par simple souci de blocage se lève aujourd’hui pour faire figurer dans ses revendications la reprise des élections alors même qu’elle sait que la question n’est pas possible d’être résolue. Lorsqu’on se campe sur des revendications qu’on sait soi-même irréalisables, c’est qu’on ne veut pas négocier. Eugène Azatassou, membre influent des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) l’a encore prouvé dimanche 25 août 2019 sur Radio Tokpa. Au cours de l’émission « A l’ombre du grand baobab », l’ancien coordonnateur du parti Cauri a dit à qui veut l’entendre, qu’il faut dissoudre la 8ème législature et délivrer le Certificat de conformité aux Fcbe. Et pourtant, l’on sait que la dissolution de l’Assemblée nationale n’aura jamais lieu. Pour le Certificat de conformité, les barons du régime défunt savent ce qu’il faut faire pour obtenir le précieux document. Mais ils préfèrent user de pratiques dilatoires pour accuser le gouvernement. Tous ces agissements démontrent que l’opposition ne veut pas aller au dialogue.

 

A.T

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here