Didier Maixent Djeigo à propos de la Présidentielle de 2021:« Les faits permettent de dire que Patrice Talon sera candidat »

0
1001

Le débat actuellement en cours sur la candidature ou non du président Patrice Talon a été l’un des sujets de l’émission « Zone franche » de la chaîne de télévision privée Canal 3 Bénin. Pour l’invité Didier Maixent Djeigo, membre du mouvement « La dynamique continue (Ldc) », la candidature du chef de l’État est plus qu’une évidence, raison pour laquelle, selon lui, cette association récemment mise sur pied n’est pas dans le schéma de suscitation de candidature de l’homme. « Nous ne suscitons pas sa candidature.

Pour nous, c’est une évidence et notre stratégie consiste à mettre en place le dispositif nécessaire en place pour gagner l’élection présidentielle en 2021 », a-t-il expliqué. A en croire le conseiller de la Commune de Ouidah, la volonté de Patrice Talon voulant faire un mandat unique en 2016 est désormais du passé, étant donné que le débat a évolué. L’invité est revenu sur les propos du chef de l’Etat qui renseigne que celui-ci sera bel et candidat. «  L’homme ne nous a pas dit qu’il sera candidat mais les faits permettent de dire qu’il le sera. Le discours a évolué entre temps puisque le 8 avril 2017, il a dit qu’il avisera pour sa candidature. Il a dit également à un moment donné que le mandat unique, c’est fini. En octobre, il a dit encore qu’il n’est pas accroché à une idée et que ce n’est pas pour lui qu’il le dit. Ce qui veut dire qu’on ne peut plus le verrouiller dans la déclaration de 2016 où il disait qu’il vient pour un mandat unique », a poursuivi l’ancien directeur général de l’Anpe pour qui, Patrice Talon est une école. Raison pour laquelle, il soutient que le peuple béninois se doit de se donner encore la chance d’aller à cette école pendant les cinq prochaines années. « En tant que citoyens béninois et au regard des réalisations actuellement en cours et des différentes actions menées au profit de nos populations, nous nous sommes dit qu’il est hors de question que la dynamique s’arrête. Il faut la continuité dans les actions du chef de l’Etat et puisque la Constitution dans son état actuel lui permet de briguer un second mandat, il faudrait que cette opportunité soit saisie pour le bonheur des populations », a-t-il conclu.

 

Marcus Koudjènoumè

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here