Home ART & CULTURE Education, santé, infrastructure, culture:« Le bilan de Patrice Talon est globalement positif...

Education, santé, infrastructure, culture:« Le bilan de Patrice Talon est globalement positif », selon Rock David Gnahoui

0
584

Le premier mandat du président Patrice Talon à la tête du Bénin est globalement positif. Rock David Gnahoui de l’Union progressiste (Up) en est convaincu. Sur l’émission  »L’entretien » de la chaîne de télévision E-Télé dimanche 20 septembre 2020, le doyen de la Faculté de droit de l’Université d’Abomey-Calavi a dit toute sa satisfaction par rapport à la gouvernance sous le Nouveau départ. Selon cet acteur politique, tous les secteurs ont été impactés pendant ces 4 dernières années. Dans l’éducation par exemple, le doyen de la Faculté de droit de l’Université d’Abomey-Calavi trouve qu’il y a eu assez d’avancées, notamment avec la fin des grèves perlées, la relance des cantines scolaires, la réforme qui a permis le filtrage des enseignants non qualifiés au primaire et au secondaire, la carte universitaire qui a été réduite. Sur le plan sanitaire, l’invité de la journaliste Rafiatou Mamadou s’est réjoui de ce qu’un hôpital de référence sera bientôt construit à Abomey-Calavi. Le volet culturel aussi n’a pas échappé à l’appréciation du professeur de droit à l’Université d’Abomey-Calavi. « Quand je prends seulement le rapatriement des biens culturels, c’est formidable. C’est pour attirer davantage les touristes », a-t-il insisté. Au niveau du secteur des infrastructures, Rock David Gnahoui note avec satisfaction que le projet asphaltage a considérablement changé le visage de Cotonou. A l’en croire, avant, il n’y avait aucune fierté de dire qu’on est habitant de cette ville quand on est à l’extérieur. « Aujourd’hui, il y a les grands travaux. Cela me rappelle le président Abdoulaye Wade qui a décrété les grands travaux à Dakar. Si vous allez à Dakar aujourd’hui, vous allez méconnaître cette ville. Pour avoir cela à Cotonou, il fallait quelqu’un qui aime le beau. Quand je prends mon véhicule aujourd’hui, je peux circuler facilement d’un point à un autre. Celui qui vient à Cotonou aujourd’hui doit saluer tout le travail qui se fait », a-t-il diagnostiqué.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here