Elevée au rang de Chevalier dans l’Ordre national:Constance Meffon livre son secret

0
916

Le Bénin vient d’honorer certains de ses enfants qui, de par leurs actions, ont contribué à faire changer les choses. Au nombre des 88 citoyens qui été reçus dans l’Ordre national du mérite du Bénin, mercredi 29 mai 2019, figure Constance Meffon, journaliste sportive à radio Océan fm.

Après plus de trente ans de vie marquée par un engagement sans faille pour le développement du sport au Bénin, Constance Meffon a été reçue dans l’Ordre national du mérite du Bénin au grade de « chevalier ». Sa rigueur à la tâche, sa ténacité et son humilité ont beaucoup pesé dans la balance. Recevant sa médaille mercredi dernier, celle que le monde sportif appelle affectueusement « dada » s’est confondue en remerciements. Remerciements d’abord envers le Seigneur qui lui a permis de connaître ce jour de gloire. Remerciements ensuite à l’endroit du Chef de l’Etat, de El Farouck Soumanou, de la presse en général et surtout du ministre de l’Energie, Dona Jean-Claude Houssou, qui, sans la connaître auparavant, a décidé de placer une grande confiance en elle en lui confiant de lourdes responsabilités. « Cette médaille, je veux la porter fièrement pour tous les journalistes reporters sportifs et assimilés. Ce milieu fait presqu’exclusivement d’hommes qui m’ont acceptée à leurs côtés en me faisant souvent la courte échelle. Je m’en voudrais de ne pas témoigner toutes mes gratitudes à Georges Amlon et aux feux Jean Houalakouè et Jean Dieudonné Dougba, de véritables monstres sacrés de la presse béninoise et africaine », a-t-elle déclaré. A l’en croire, cette distinction est particulière, parce que relevant du Chef de l’Etat. « Cette distinction est un honneur parce que je me dis que tout ce que j’ai commencé à faire depuis 1986 à ce jour n’est pas peine perdue. Je me dis que ce n’est pas peine perdue parce que j’ai mené le juste combat. C’est un honneur pour moi, parce que je mets de la rigueur et du professionnalisme dans mon travail », a-t-elle confié. L’heureuse du jour, convaincue que le travail bien fait paie toujours, n’a pas manqué de prodiguer quelques conseils à ses jeunes frères et sœurs. « Il reste aujourd’hui que je dise à mes frères et sœurs que rien ne vaut le temps. Lorsque votre heure a sonné, c’est qu’elle a véritablement sonné. Et l’heure de Dieu est la meilleure. Elle a sonné pour moi », a-t-elle lancé fièrement confiante en l’avenir. Et pour davantage contribuer à l’essor de la presse sportive béninoise, elle a fait une immense confidence : « Je ne cesse pas le combat. Bientôt, les gens vont écouter Constance Meffonsur les ondes avant que le Seigneur m’appelle. J’ai encore beaucoup à faire, parce que c’est une distinction qui m’appelle davantage au travail. Il faut aujourd’hui cultiver l’ardeur au travail, l’humilité et l’engagement à ne jamais décevoir ceux qui m’ont identifiée, qui ont estimé que Constance Meffon doit être honorée ».

 

Joël Samson Bossou

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here