En congrès extraordinaire à Abomey:Moele-Bénin renouvelle son alliance avec Talon (Un bilan des grandes réalisations du Pag présenté)

0
1744

Les militants du parti Mouvement des élites engagées pour l’émancipation du Bénin (Moele-Bénin) étaient à Abomey du 2 au 3 novembre 2019 dans le cadre du premier congrès extraordinaire de leur parti. A cette messe politique statutaire, le bureau politique et les militants ont dressé le bilan du parti porté sur les fonts baptismaux le 28 juillet 2018. Au regard des avancées notables sous le régime en place, ils ont réaffirmé leur soutien indéfectible aux réformes du président de la République qui visent à faire du Bénin, un havre de paix et de développement.    

Le Mouvement des élites engagées pour l’émancipation du Bénin (Moele-Bénin) continuera de soutenir avec clairvoyance et détermination la vision de développement du président Patrice Talon. Au premier congrès extraordinaire du parti à Abomey, les responsables et les militants du parti l’ont clamé. Plusieurs raisons sous-tendent ce choix opéré par Jacques Ayadji et les siens. Il s’agit de la vision de développement du Bénin qui se conçoit et se déroule sous l’impulsion du président Patrice Talon depuis le 16 décembre 2016. A la tribune de cette grand-messe politique, Jacques Ayadji a expliqué pourquoi le Moele a adhéré à cette vision dès sa création et a continué de la soutenir de manière indéfectible jusqu’à ce jour. « Notre pays est en chantier du nord au sud, de l’est à l’ouest avec une lueur dans la qualité et la durabilité des travaux. L’eau potable est disponible partout notamment dans les Collines où, quelques années en arrière, elle était presque de l’or, le délestage qui était la règle hier », a fait remarquer le leader charismatique du Moele-Bénin. Au-delà de ces avancées tangibles, Jacques Ayadji a aussi souligné que « le Palais de la République n’est plus un temple de distribution de l’argent de la corruption électorale à des populations affamées ». En référence au dialogue politique des 10, 11 et 12 octobre 2019, « il est aujourd’hui possible que le gouvernement organise un dialogue au Palais des congrès et qu’une frange de l’opposition organise un contre-dialogue au Codiam sans être envahie par des badauds », va-t-il poursuivre. Dans le même ordre d’idées, il a insisté sur le fait que le Bénin ne connaisse plus de cérémonies de pose de première pierre. Il s’est aussi réjoui du fait que désormais, au Bénin, on ne réussit concours d’entrée à la fonction publique sans  avoir pris part au concours. Par la même occasion, il a souligné que tout n’est pas rose sous Patrice Talon. Le parti ne manque pas de faire des propositions par les canaux appropriés au président Talon pour porter fièrement son bilan le moment venu.

 

Le dialogue politique, une avancée mais…

 

6 aptitudes majeures des militants ont permis au parti Moele d’obtenir le bilan qui est le sien en seulement une année d’existence. Dans son discours de lancement des travaux, le président Jacques Ayadji a passé en revue ces qualités. Il s’agit de l’engagement dans une mission qui motive, de l’obtention de résultats, de l’autonomie via une discipline personnelle, de la constitution d’une équipe puis de sa direction, de la décision des actions collectives à mettre en œuvre et de l’adaptation aux changements. S’agissant du dernier point, le président Ayadji a insisté sur les nouveaux changements que vont exiger les assises d’Abomey dans la vie du parti. A ce propos, un détour a été fait sur la participation du parti au dialogue politique dont la mise en œuvre des recommandations a induit la révision de la Constitution du 11 décembre 1990. Selon le premier responsable de Moele-Bénin, cette assise voulue par le chef de l’Etat est une avancée. Moele-Bénin y a exposé sa vision à travers un mémorandum remis aux organisateurs. Mais attention ! Toutes les propositions du parti n’ont pas fait l’objet de consensus, a-t-il regretté. Le n°1 de Moele-Bénin et ses militants se contentent des avancées et entendent poursuivre le reste du combat. Et à propos, Moele-Bénin va œuvrer pour que la diaspora béninoise soit représentée à l’Assemblée nationale avec un quota de 10% du nombre total de sièges réparti sur les 5 continents à ériger chacun en circonscriptions électorales. Le scrutin de liste aux législatives, communales et locales, est aussi dans la mire du Mouvement des élites engagées pour le développement du Bénin. Le parti fera de son mieux pour que ce type d’élection laisse place au scrutin uninominal à deux tours. Par ailleurs, le Mouvement se battra pour que chacune des 77 Communes soit érigée en une circonscription électorale et non un ensemble de Communes à l’occasion des législatives. Les autres chantiers auxquels va s’atteler le parti sont entre autres, la réduction drastique des cautionnements aux élections présidentielles, législatives, communales et locales afin que les élections ne soient plus censitaires ; la constitutionnalisation d’une loi-programme qui va planifier le développement du Bénin sur 50 ans à laquelle tous les régimes successifs à la tête du Bénin vont se soumettre, et la proximité de la démocratie d’avec le peuple. Pour la suite du dialogue politique, Moele-Bénin souhaite qu’elle permette un rassemblement plus large de la classe politique, une consolidation de la société civile et une réelle implication de tous dans l’œuvre de développement du Bénin.  

 

La paix avec le Prd, la cour de l’Up

 

La cérémonie d’ouverture de cette messe politique a connu la présence de plusieurs partis ayant une existence légale. Il s’agit de la Force cauri pour la démocratie et le développement (Fcdb), de l’Union pour la démocratie du Bénin nouveau (Udbn), du Parti du renouveau démocratique (Prd) et de l’Union progressiste (Up). Félicitant les responsables de Moele-Bénin pour la tenue de ces assises statutaires du parti, ils ont, à tour de rôle, lancé divers appels. Au nom de la délégation du Prd, Parfait Ahoyo a rassuré les militants de ce que la page des malheureux incidents qui les ont disqualifiés aux dernières législatives d’avril 2019 est tournée. Profitant de la tribune de ce premier congrès  extraordinaire, ce dernier a exhorté « le président Talon à continuer le dialogue avec les autres partis et personnalités en visant le compromis politique sur les grands sujets qui touchent la vie de la Nation ». Lazare Sèhouéto, un des caciques de l’Union progressiste, pour sa part, a plaidé pour la fusion de Moele-Bénin avec le plus grand parti de l’Assemblée nationale ; ceci aux fins de renforcer la tendance visant à faire la politique autrement et  développer le Bénin.

 

Serge Adanlao

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here