En tournée à Pèrèrè, N’Dali,  Karimama,  Ségbana, Gogounou, Sinendé, Pehunco, Toucountouna et Tanguiéta:Talon  promeut « Renaissance, démocratie et bonne gouvernance »

0
398

Le chef de l’Etat a repris son périple de reddition de comptes, jeudi 7 janvier 2021. Il a parcouru Pèrèrè, N’Dali, Karimama, Ségbana, Gogounou, Sinendé, Pehunco, Toucountouna et Tanguiéta. Accueilli chaleureusement par endroits, Patrice Talon a fait le point des 5 années de sa gouvernance. Selon lui, le Bénin est en « renaissance », et la défense de la bonne gouvernance devra être le leitmotiv.

Karimama,  l’Etat va mettre 5000 hectares à disposition

 

Vendredi 8 janvier 2021, la délégation présidentielle a mis le cap sur le département de l’Alibori avec Karimama comme première escale. Commune à fort potentiel hydro-agricole et un potentiel touristique élevé avec le parc W, Karimama se sent oubliée et délaissée, selon le maire Issifou Soulé. « Plus de 5000 hectares de bas-fond à exploiter pour la production du riz ». C’est la principale annonce faite vendredi 8 janvier 2021, par Patrice Talon dans la Commune, pour saluer et encourager la performance des producteurs. Après les propos de bienvenue de l’édile de la ville, le chef de l’Etat a rappelé les motifs de sa tournée nationale : « Les cinq ans sont passés très vite. Je n’ai pas eu le temps d’aller vous voir pour recueillir vos appréciations sur ce que mon équipe et moi-même avons réalisé, afin de recueillir vos recommandations et corriger le tir au besoin. Mais, mieux vaut tard que jamais », a-t-il déclaré. Il a aussi surtout salué l’efficacité des producteurs agricoles de Karimama qui excellent dans la rizerie. Car pour lui, « quand on fait la somme de nos potentialités, du fleuve Niger jusqu’à la vallée de l’Ouémé, on peut atteindre le million de tonnes de production de riz d’ici quelques années ». C’est pourquoi l’Etat veut aider les producteurs de la Commune dans l’objectif de faire du Bénin un potentiel agricole. Pour le président Talon, la voie Guéné-Karimama est une préoccupation majeure. Il se désole des couacs qui retardent l’avènement de cette route mais rassure les habitants de Karimama : « Cette route a été programmée et le financement est déjà planifié ». Mais, pour y arriver, il faudra de la discipline, de la rigueur et des sacrifices. C’est pourquoi le chef de l’Etat n’a pas manqué d’insister comme à son habitude là-dessus. « Je voudrais vous exhorter, vous supplier de tout faire pour préserver cet acquis. Notre capacité à travailler, notre richesse, le respect du Bien public, le refus de gaspiller l’argent public, il faut que cela demeure. Nous devons être collectivement garant de la durabilité de notre renaissance », a-t-il ajouté

 

 Talon à Ségbana : « Le Bénin est devenu un autre pays»

 

« Au Bénin désormais, on fait les choses mieux que le passé. Comme je l’ai dit dans les autres Communes, le Bénin est devenu un autre pays en moins de cinq ans. C’est comme si on avait trouvé du pétrole au Bénin. C’est vrai, la vie est dure et l’argent ne circule pas. J’ai demandé à mes concitoyens qu’il faut qu’on serre la ceinture, qu’on fasse des efforts pour pouvoir réaliser toutes ces choses-là. La moitié des écoles du Bénin disposent des cantines scolaires, et ce sera bientôt le cas pour toutes les écoles. L’eau a avancé très vite et bientôt tout notre territoire sera connecté à l’eau potable. C’est l’argent que nous cotisons désormais qui nous permet de réaliser ces choses. Les stades, les marchés, l’équipement des commissariats en motos. On dirait que tout le pays est en chantier », a déclaré Patrice Talon face aux populations de Ségbana, vendredi 8 janvier 2021. Accueilli à l’hôtel de ville par le maire Tian Bio Orou Zimé, et le préfet Mohamadou Moussa, le chef de l’Etat a été reçu avec des cris et danses des nombreuses populations sorties le saluer et qui scandaient Talon dix ans.

 

Talon et l’appel de Pèrèrè : Renaissance, liberté, démocratie et bonne gouvernance

 

« Le président de la République a lancé un appel, l’appel que lui-même a qualifié de l’appel de Pèrèrè. Le chef de l’Etat rappelle et tient fermement à ce que chaque béninois retienne que les progrès économiques, la transformation de notre pays, la modernisation de notre pays, la restructuration de notre pays, la mise sur orbite de notre pays, tous les acquis dont nous célébrons l’exécution n’ont pu être possibles que parce qu’il y a eu la renaissance », a confié à la presse le ministre de la Communication et de la poste, Alain Orounla, au terme de la descente du président de la République dans les Communes de Pèrèrè et de N’Dali vendredi 8 décembre 2020. Faisant son point d’étape, le ministre de la Communication, a rappelé la substance de ce que le chef de l’Etat a qualifié d’appel de Pèrèrè. Il s’agit de « la renaissance qui fait arrimer liberté et démocratie, avec la bonne gouvernance qui exige que des comptes soient rendus, que les ressources publiques soient utilisées avec parcimonie et qu’elles ne soient pas détournées, et que l’on demande des comptes à ceux d’entre nous qui prennent des libertés vis-à-vis des deniers publics. Ce qui nous permet d’ailleurs d’obtenir, des résultats à la satisfaction de tous nos compatriotes des communes visitées », a déclaré Alain Orounla. Selon le porte-parole du gouvernement, qui tire les conséquences directes des propos du président de la République, le développement du Bénin constaté ces dernières années n’est pas le fruit du hasard. Mais plutôt, le résultat d’un processus de planification objective dépassionnée et dépourvue de toutes considérations partisanes et politiques

 

« Sinendé » prête pour la candidature de Talon

 

 « Par ailleurs, M. le président de la République, en ce qui concerne les échéances électorales de 2021, les populations de Sinendé s’unissent pour lancer un appel unanime en faveur de votre candidature et vous assurer de leur soutien indéfectible comme par le passé ». C’est l’invite que Bio Kouri Sanni, maire de Sinendé a adressée au président Patrice Talon samedi 9 janvier 2021, à son arrivée à la salle de conférence de l’hôtel de ville de la Commune. Accueilli comme partout ailleurs dans une liesse populaire indescriptible, le président de la République n’a pas manqué de s’offrir un bain de foule, saluant au passage les sages, notables, têtes couronnées et populations venues échanger avec lui. Répondant à l’appel du maire, et à ses doléances, le président de la République à travers des exemples concrets, a fait savoir à l’assistance que quelque chose a commencé par bouger au Bénin en matière de développement durable. Il a ensuite procédé à un point global de tout ce qui a été fait secteur par secteur durant les 5 dernières années d’exercice du pouvoir d’Etat et ceci dans le cadre de la mise en œuvre du Pag 2016-2021. Revenant sur son appel lancé à Pèrèrè, le président de la République n’a pas manqué d’insister sur les trois choses nécessaires, selon son entendement, à la prospérité : la démocratie, les libertés et la bonne gouvernance. « Que chacun de nous commence par marcher contre la mauvaise gouvernance. La façon dont on défend les libertés, on doit défendre avec la même énergie la bonne gouvernance. On doit combattre la mal gouvernance. Je vous exhorte à défendre la démocratie, les libertés et la bonne gouvernance. Ces trois choses sont indispensables », a-t-il déclaré. Après Sinendé dans le Borgou, cap a été mis le cap sur Pehunco dans le département de l’Atacora.

 

Désenclavement de Pehunco, Djougou-Pehunco-Banikoara bientôt réalisée

 

« Je suis malheureux. Et je suis triste, parce que nous avons donné le meilleur de nous-mêmes », a déclaré le Chef de l’Etat à son entrée samedi 9 janvier 2021 au Centre des jeunes et loisirs de Pehunco. Ce sentiment de tristesse est une réponse à la non-réalisation de la route Djougou-Pehunco Banikoara. En effet, sur l’une des affiches déployées dans la salle, il était écrit : « Pehunco continue de croire au bitumage des axes promis : Djougou-Pehunco Banikoara ». C’était l’une des promesses faites par le président de la République, lors de sa campagne en 2015. Une promesse qui tarde à devenir réalité. D’ où l’impatience des populations. Frappé par ce message, Patrice Talon a tenu à faire une mise au point : « Vous avez dû suivre dans les informations que le Bénin a mobilisé le financement nécessaire au bitumage de cette route importante pour le Bénin tout entier. Vous avez dû suivre les appels d’offres lancés, et les entreprises ont été sélectionnées déjà. Cà met du temps parce que l’étude a été longue. Mais, tout est fait et le financement disponible depuis longtemps ». En effet, avec ses 80 000 âmes, Pehunco, ville carrefour, abrite le plus grand marché de l’Atacora, selon son maire, Koto Orou Nare. Spécialisée dans la production du coton, de l’anacarde, du maïs et du soja entre-autres, la ville reste pourtant d’accès difficile en raison de son réseau routier défectueux. Mais pour le chef de l’Etat, cet axe sera construit, et sera l’un des plus beaux du pays. Aussi, a-t-il invité les populations à conjurer le mauvais sort qui rend difficile la réalisation de cette route, mais surtout à se départir de « l’état d’esprit du passé », à propos des promesses non-tenues faites par les politiciens. Car, a-t-il ajouté, il y a longtemps que « nous ne croyons plus du tout aux promesses au Bénin ».

 

Talon annonce le développement prodigieux du secteur agro-pastoral de Gogounou

 

L’action du gouvernement du président Patrice Talon va toucher tous les secteurs d’activité au Bénin. Le chef de l’Etat en a donné l’assurance samedi 9 janvier 2021 à Gogounou. Ainsi, de son registre du bilan présenté dans la Commune, le président de la République a fait savoir que les réalisations concernent également l’appui aux services de production. A cet effet, il a pris l’engagement selon lequel Gogounou ne sera plus le même très prochainement en matière de la production animale. « L’activité agro-pastorale va connaître un développement prodigieux », a annoncé Patrice Talon avant de préciser que la transformation des activités d’élevage exige un sacrifice sur le plan culturel. Saisissant l’occasion, le président Talon a demandé à la population de s’adapter aux fins de mieux bénéficier du programme en cours dans le secteur. A l’en croire, la transhumance intérieure va devoir s’arrêter. « Nous avons l’ambition d’enrichir nos éleveurs. Et c’est au titre de ce qui est déjà planifié. La productivité sera 2 à 3 fois supérieure à celle de nos voisins », a-t-il expliqué. Convaincue de ce que le Bénin est désormais placé sur l’orbite du développement dans tous les secteurs, la population de Gogounou n’a que le regard tourné vers l’avenir. Pour elle, avec le président Patrice Talon, cet avenir est rassuré. C’est ce qui transparaît dans le message de bienvenue du maire de la Commune. Louant les réformes courageuses et la gouvernance du chantre du Nouveau départ, le chef de l’Exécutif communal a laissé entendre que Patrice Talon est un président dont les Béninois rêvaient. « Il y a 5 ans, stades et marchés modernes faisaient rarement partie des doléances, mais aujourd’hui, cela apparaît. Signe que nous avons commencé à régler nos besoins de base et que des choses bougent dans le pays. Il en est de même pour les cantines scolaires », a renchéri le président Patrice Talon en analysant les doléances exposées par le maire de Gogounou et pour mieux illustrer que le Bénin change de rang.

 

Benjamin N. Douté

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here