En vue des manœuvres de déstabilisation:L’opposition recrute des badauds

0
3294

L’opposition paie des vandales pour opérer des actes de violence. Des jeunes sont en train d’être mobilisés contre de modiques sommes pour prendre d’assaut les institutions de la République.

L’opposition a définitivement mis en œuvre sa menace d’utiliser des moyens non civiques pour concrétiser la négation du pouvoir. L’information n’est plus du registre de la rumeur. Les politiciens de l’opposition entendent utiliser la jeunesse comme boucliers humains pour assouvir leur désir de se retrouver à l’hémicycle. Cette menace professée est définitivement entrée en exécution. De quoi s’agit-il ? En effet, certains membres de l’opposition ont tenu hier une réunion avec quelques jeunes qu’ils ont  mobilisés au bureau d’un député à Sainte Rira. Celui-ci a demandé aux jeunes « d’être à l’écoute à tout moment pour l’assaut », car « tout se met en place déjà », leur a-t-il dit. Au cours de la même séance, un ancien ministre et deux députés dont un Fcbe ont pris la parole pour inciter les jeunes à la violence en leur demandant surtout d’attaquer les institutions de la République que ces acteurs jugent « complices du président Talon ». Les sources informent qu’à la fin, les politiciens en question ont donné 100 000 FCfa aux dix jeunes qu’ils ont rassemblés. Dans la même veine, il a été créé depuis hier, un forum de discussion spécial sur Whatsapp, destiné ont-ils dit, à faire passer  les premières infos. Un des députés présents en est l’administrateur. Comme premier acte, ils ont commis un jeune vivant à Porto-Novo et dont un frère travaille au secrétariat administratif de l’Assemblée nationale, pour enregistrer des audits incitatifs et de les diffuser dans les groupes de discussion. Ce que ce dernier a effectivement commencé. Ça y est donc! Ils ont préféré l’escalade au dialogue. Les adeptes de la violence sont décidés à sacrifier l’avenir de la jeunesse qu’ils disent protéger dans leur discours.

Lamentable scénario

 

Ces politiciens qui sont pour la plupart au soir de leur vie sont décidés à sacrifier. Cette masse laborieuse est en train d’être utilisée pour servir des causes utiles alors qu’ils ne seront ni de près ni de loin associés aux privilèges. Ce qui est lamentable dans le feuilleton, c’est la modique somme qu’ils proposent pour cette manœuvre malsaine. Tenez. Pour détruire les infrastructures institutionnelles, chaque jeune a pris 10 000 FCfa. Le scénario laisse sans voix. Les partis de l’opposition sont en train de franchir le rubicond. Il semble qu’il en existe qui à la recherche de privilèges,  ont intérêt à faire couler le sang des Béninois. Le Bénin est un pays de paix et de grande culture démocratique qui ne se laissera pas distraire par ces manœuvres malsaine. Force devra rester à la loi.

 

Abdourhamane Touré

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here