Enseignements maternel et primaire:Environ 11 mille enseignants bientôt recrutés 

0
1354
Préoccupé par le déficit d’instituteurs dans les enseignements maternel et primaire, le Conseil des ministres, en sa séance du mercredi 30 octobre 2019, s’est penché sur la question. A l’issue du conclave, il a été décidé du recrutement de 10 686 instituteurs pour pallier l’insuffisance des instituteurs dans les écoles.
Le vide observé dans les écoles sera bientôt comblé. Le gouvernement a pris une mesure d’urgence pour la gestion du déficit d’enseignants à la maternelle et au primaire. Il a décidé du recrutement de 10 686 enseignants suppléants pour soulager la peine des écoles en manque d’instituteurs. La base de données des aspirants au métier d’enseignant sera utilisée pour ce recrutement. Les aspirants qui auront la chance d’être recrutés bénéficieront, pour le compte de l’année scolaire en cours et en attendant le mécanisme définitif à intervenir, d’un contrat de 8 mois. L’Agence nationale pour l’emploi a été instruite pour les dispositions y afférentes. En effet, le Conseil des ministres, en sa séance du 11 septembre 2019, s’est penché sur la question et a donné des instructions pour qu’une solution pertinente soit également proposée au primaire et à la maternelle. Le rapport du comité mis en place à cet effet, a établi un déficit de 9095 enseignants au primaire et 1068 animateurs à la maternelle. Quand on y ajoute le nombre de ceux qui, d’ici 2022, seront appelés à faire valoir leurs droits à une pension de retraite, et les besoins nés de l’augmentation du nombre d’apprenants, le déficit en enseignants s’établira à 18140. Or, les besoins spécifiques à la résorption intégrale du déficit pour le compte de l’année scolaire 2019-2020 se chiffrent à 10.686 enseignants. Mieux, l’école béninoise est, depuis des décennies, confrontée à un déficit récurrent du personnel enseignant.
Recours à la base de données des aspirants
Alors, pour remédier à cette situation et donner un vrai sens au droit à l’éducation des enfants, le gouvernement a procédé à la constitution d’une base de données des aspirants au métier d’enseignants. C’est dans cette base que le gouvernement ira puiser pour combler ce déficit. Cela, grâce à la gouvernance du président Talon qui fait un suivi rigoureux des dossiers pour d’heureux aboutissements puisque les instructions du 11 septembre 2019 viennent de produire des effets. En réalité, ce n’est que justice aux acteurs de la maternelle et du primaire. Cette mesure participe au respect et au renforcement du droit à l’éducation des enfants. Elle permet d’améliorer la qualité de l’enseignement dispensé dans ce sous-secteur. La décision du gouvernement est une solution à l’effectif pléthorique dans les classes dans bon nombre de localités noté à la rentrée. Elle permet de désengorger les classes. La décision est une mesure sociale à double impact. Elle permet de pouvoir raisonnablement les classes en maîtres,mais aussi de sortir du chômage et de la précarité des milliers de Béninois qui ont choisi d’aller à la craie. C’est toute la cohérence de l’action gouvernementale qui est ainsi prouvée dans la mesure où l’exécutif donne un sens à la base de données des aspirants au métier d’enseignants. On peut donc affirmer sans ambages que le gouvernement anticipe même sur le besoin en 2022 en le comblant déjà de plus de la moitié.Cette mesure prise par le gouvernement est estimée à 5,3 milliards de francs Cfa.
Odi I. Aïtchédji

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here