Espaces verts aménagés à Cotonou:Incivisme, insalubrité : l’Etat central prend ses responsabilités

0
1505

Réalisés à grands frais dans le but de rendre attrayantes les artères de la ville de Cotonou, les espaces verts sont tombés dans un état piteux et d’insalubrité notoire. C’est le constat fait par deux ministres du gouvernement sur les périmètres de Houéyiho et de Missèbo. Un état des lieux qui a suscité le coup de gueule du ministre José Tonato, choqué et très remonté.

Le ministre du Cadre de vie et du développement durable (Mcvdd), José Tonato et son homologue de la décentralisation, Alassane Séidou ont fait une descente sur certains espaces verts aménagés à Cotonou. Ces deux personnalités ont été choquées par l’état de dégradation avancée de ces lieux qui devraient verdir les artères de Cotonou et offrir un visage nouveau à une ville où se côtoient l’insalubrité, l’incivisme sous toutes ses formes. Malgré les efforts du gouvernement pour inverser la tendance, les vieilles habitudes demeurent. La première étape de leur tournée a été le jardin de Houéyiho où José Tonato a déploré l’insalubrité qui a transformé cet espace en un lieu toxique. Loin d’être un espace de récréation, cet endroit regorge de gigantesques immondices. Egalement, on a noté la présence des sacs contenant des ordures ménagères accrochés partout sur la clôture dudit espace censé donner de la verdure à la ville de Cotonou. « Cet espace n’est plus un espace de récréation ni un poumon vert. Il est devenu non seulement agressif à la vue, mais aussi toxique pour la santé », a déploré le ministre José Tonato. Cap a été mis sur le jardin de Missèbo. Le constat était le même que celui de Houéyiho. Le ministre a invité le préfet du Littoral à instruire les éléments de la Police républicaine aux fins d’interdire tout étalage sur le trottoir de part et d’autre de cet espace. L’autorité municipale, quant à elle, a promis au ministre l’interpellation  des élus locaux afin  que chacun joue pleinement son rôle. « Nous avons été instruits par le chef de l’Etat, Patrice Talon, pour faire le point et reprendre la main jusqu’à ce que la mairie soit prête à assumer ses responsabilités en matière de maintenance des infrastructures publiques urbaines », a conclu le ministre du cadre de vie et du développement durable.

 

Benjamin N. Douté (Stag)

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here