Etude de budgets sectoriels au Parlement:Kakpo, Adam Soulé et Tonato héritent de 179 milliards

0
677

La présentation des budgets sectoriels des Ministères et Institutions de l’Etat se poursuit à l’Assemblée nationale. Hier mardi 19 novembre 2019, trois ministres étaient face à la commission budgétaire.

87 milliards 892 millions 981 mille francs Cfa ! C’est le montant qu’affiche le projet de budget 2020 du ministère des Enseignements secondaires, technique et de la formation professionnelle. Par rapport à celui de 2019 qui est de 75 milliards 6 millions 732 mille francs Cfa, on note un taux d’accroissement de plus de 17,18%. Face aux députés, le ministre Mahougnon Kakpo a justifié cette hausse. A l’en croire, plusieurs facteurs entrent en ligne de compte, notamment l’augmentation de l’effectif des enseignants et l’évolution des enseignants dans les différents grades. « Lorsque l’on monte en grade, il y a des effets budgétaires qui s’en suivent », a-t-il précisé. Un autre élément justificatif, à son avis, les différents programmes qui ont été mis en place pour 2020, en particulier le Programme de professionnalisation de l’enseignement et la formation technique et professionnelle. Pour le professeur Mahougnon Kakpo,une décision a été prise  pour élaborer cette stratégie qui impose la professionnalisation de  l’enseignement. « A partir de ce moment-là, il y a un plan d’urgence que nous avons extrait de ladite stratégie et qui s’étale sur 12 mois. Les députés ont donc  compris que le gouvernement fait beaucoup d’efforts dans les réformes de l’éducation.Le gouvernement s’est engagé à constituer une base de données non seulement pour professionnaliser davantage la profession enseignante, mais également pour offrir à nos compatriotes qui sont des enseignants, une meilleure qualité d’aptitude pour enseigner ; ce qui a fait que nous avons déployé dans nos écoles, plus de 12.000 aspirants », a-t-il conclu cédant place à sa collègue de l’Economie numérique et de la digitalisation.

 

5,1 milliards pour l’Economie numérique et la digitalisation

 

Aurélie Adam Soulé Zoumarou, quant à elle, a défendu une cagnotte budgétaire de 5,1 milliards de FCfa. C’est un budget, a-t-elle martelé, va permettre de mettre en œuvre les projets du secteur du numérique et les projets de la digitalisation de l’administration.Selon la ministre Aurélie Adam Soulé Zoumarou, avec ce budget, toute la population sera adressée à travers la généralisation de l’Internet à très haut débit. Sa priorité est de continuer à implanter des sites sur l’ensemble du territoire, ensemble avec le secteur privé pour que la population puisse avoir accès à des services numériques de qualité.  La question du portail national du service public n’a pas été occultée. « Il s’agit d’une plateforme en ligne qui permettra à la population béninoise, quel que soit l’endroit où les individus se trouvent, d’accéder aux services publics en ligne. D’où en 2020, ce projet qui va prendre toute son ampleur et  permettre cette mise en œuvre des services publics et la modernisation de notre administration », a indiqué l’autorité ministérielle. Enfin, José Tonato, ministre du Cadre de vie, a planché pour un budget de fonctionnement de l’ordre de 86 milliards 300 millions francs Cfa contre 68 milliards 300 millions de francs Cfa en 2019 soit un taux d’accroissement de 26,49%. De ses dires, le Ministère du cadre de vie et du développement durable compte intensifier ses quatre grands programmes techniques en vue d’atteindre les objectifs fixés. Il s’agit de l’environnement équitable, des eaux, forêts et chasse, les  villes et territoires durables et l’habitat. Au total, ces trois ministères ont défendu 179 292 981 000 de francs Cfa.

Martial Agoli-Agbo (Corresp.Ouémé-

Plateau)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here