Etude de fond des candidatures pour les Communales du 17 mai:Les partis politiques fixés sur les insuffisances de leurs dossiers  (72 heures pour corriger les observations de la Céna) 

0
1799

La Commission électorale nationale autonome (Céna) a relevé plusieurs insuffisances à la suite de l’examen approfondi des dossiers de candidatures aux élections communales et municipales du 17 mai 2020. Les irrégularités identifiées ont été notifiées aux partis politiques en course pour ces scrutins à l’occasion d’une rencontre tenue le samedi 21 mars 2020 au siège de l’institution électorale.

Les cas de doublon, le positionnement des candidats mineurs et la présentation de certaines pièces non conformes à l’exigence de la Céna sont les irrégularités constatées par la Céna après l’étude approfondie des dossiers de candidatures. Après avoir passé avec succès le premier test, les formations politiques engagées dans la course électorale ne sont pas à l’abri d’une éventuelle exclusion de la course électorale. Elles disposent de 72h pour corriger lesdites irrégularités au risque d’être disqualifiés. En effet, le Code électoral donne la possibilité aux partis politiques d’apporter des corrections à leurs dossiers, mais cette faveur accordée aux formations politiques est encadrée par l’article 41 du Code électoral. Toutefois, ces dernières ne pourront pas corriger toutes les irrégularités relevées par la Céna. « …Pour les élections législatives ou communales, les corrections à apporter ne peuvent, en aucun cas, concerner l‘ordre des candidatures sur la liste. En tout état de cause, aucun changement de candidature  n’est autorisé sauf en cas de décès ou d’une même candidature sur plusieurs listes…. », extrait de l’article 41 du Code électoral. A l’expiration des 72h, la loi fait obligation à la Céna de délivrer les récépissés définitifs de validation de déclaration de candidature aux partis politiques.

 Abdourhamane Touré

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here