Etudes et loisirs en pleine année scolaire:Savoir s’y prendre ; les acteurs en parlent

0
3358

Deux semaines déjà que les classes ont repris sur l’ensemble du territoire national. Les apprenants devront désormais se concentrer davantage pour espérer une année scolaire 2019-2020 réussie. En dépit de la pression que génèrent les études, quelle place peut occuper la distraction en pleine année scolaire ? Face à cette question, quelques acteurs du système éducatif se sont prononcés. Les avis convergent et  divergent.

« Je ne dois plus trop me distraire, mais plutôt me concentrer sur les cours que j’aurai à prendre ». C’est en ces termes que répondait Solange que nous avions rencontrée mardi 24 septembre 2019au collège d’enseignement général Le Littoral. Candidate au baccalauréat 2020 ne compte pas perdre du temps en consacrant les heures d’étude à la distraction. Pour Julien, un des camarades de Solange, la distraction n’aura de droit de cité si ce n’est le week-end. « Je vais me distraire les weekends et consacrer du temps à mes cahiers pendant la semaine», a-t-il déclaré. A l’image de Solange et de Julien, bon nombre d’apprenants rencontrés estiment qu’il ne faut pas exclure les loisirs après la reprise des classes. Il faudrait  juste y consacrer moins de temps et prioriser les leçons. Yaya Amouyin Moulikatou, surveillante générale du Ceg Le Littoral, explique que l’apprenant  doit aérer sa tête à travers certaines distractions pour de meilleursrésultats en classe. Après avoir affirmé que les mauvaises pratiques constatées ces derniers temps avec l’utilisation du téléphone peuvent être un handicap pour l’acquisition du savoir, l’éducatrice conseille : « Il y a assez de jeux instructifs qui permettent de s’amuser tels que  le Ludo, les jeux vidéos qui permettent d’entrer dans le milieu de la fiction et d’avoir de l’imagination».

De plus, Yaya Amouyin Moulikatoufait savoir que dans le programme scolaire, il est prévu des activités culturelles, les vendredis de 17h à19h pour permettre aux apprenants de s’épanouir. Alfred Adéagbo, parent d’élèves,  affirme à son tour que  les boîtes de nuit et les salles de jeuxsont des lieux de  loisirs qu’il faut interdire aux apprenants pour éviter unedéperdition scolaire.  «  Si on trouve qu’il y a des émissions à la télé  qui sont utiles pour développement et l’instruction,  on peut autoriser les enfants à les suivre», a-t-il ajouté. Pour le psychopédagogue Emile Gbéssinou, les distractions sont nécessaires pour l’élève, mais  il ne faut pas toujours être dans les loisirs. « Les parents eux-mêmes peuvent offrir des petits moments de loisirs à leurs enfants. Les enfants doivent savoir gérer leurs loisirs avec l’appui  et le contrôle parental. Il faut faire très attention aux jeux vidéo qui vont   développer l’agilité de l’enfant, mais qui peuvent en même temps créer une dépendance chez lui », a-t-il précisé. Emile Gbéssinou propose les activités sportives, la lecture, et toutes activités culturelles pour l’équilibredes apprenants.

 

Belmice Houessou (Stag)

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here