Evaluation des enseignants Ace:Le gouvernement ne recule pas  (La date des compositions fixées au 24 août)

0
4178
L’évaluation des enseignants reversés en Ace en 2008 est désormais officielle. Le gouvernement a fixé la date des compositions pour le 24 août 2019. La décision a été entérinée en Conseil des ministres hier mercredi 07 août 2019.
Annoncée depuis quelques semaines, l’évaluation des enseignants contractuels locaux ou occasionnels reversés en agents contractuels d’Etat en 2008 au primaire et au secondaire général aura bel et bien lieu. Les enseignants sont conviés dans les centres de composition le 24 août 2019.
Le Conseil des ministres, en sa séance de mercredi 07 août 2019 a rassuré des mesures prises pour la réussite de cette évaluation. Elle vise principalement à identifier les besoins en renforcement de capacités des enseignants concernés afin d’y apporter des réponses pertinentes. Ainsi, à la maternelle, l’évaluation portera sur une épreuve d’Etude de cas en pédagogie appliquée. Au primaire, il s’agira d’une épreuve (deux sujets au choix) d’Etude de cas en pédagogie appliquée et d’une épreuve de Mathématique. Pour ceux du secondaire, l’épreuve permettra d’évaluer les connaissances théoriques et professionnelles dans les matières enseignées en fonction des cycles où ils interviennent. Trois catégories d’enseignants seront retenues à l’issue de l’évaluation. Dans une première catégorie, on retrouvera ceux qui obtiendront les meilleures notes. Ces derniers pourront continuer sans protocole leur carrière d’enseignement. Une seconde catégorie sera constituée des détenteurs des notes moyennes. Ceux-ci suivront un programme spécial de mise à niveau afin d’améliorer leur rendement. Enfin, les enseignants qui ne se retrouveront pas dans ces deux premières catégories pourraient bénéficier d’une éventuelle reconversion à d’autres postes dans l’administration. Les enseignants doivent donc se démarquer des mouvements de protestations et prendre la mesure de la situation. En effet, cette décision du gouvernement découle des résultats des différents diagnostics des sous-secteurs de l’Enseignement primaire et secondaire général qui ont révélé, sur les dix dernières années, un faible niveau de performances des élèves. Une situation qui s’explique aussi bien par la qualité de l’enseignement dispensé que par le manque d’enseignants qualifiés. C’est donc dans le but de fournir une meilleure formation aux apprenants, en relevant la qualité de l’école et de ses animateurs, que le gouvernement a décidé d’organiser cette évaluation. L’idée de sanction des enseignants est un alibi agité par une certaine classe politique pour nuire aux réformes du gouvernement visant à redorer le blason du système éducatif béninois. Puisque les besoins en renforcement des capacités des enseignants détectés et des corrections apportées par des mises en formation ont été clairement établis. En prenant cette décision, le Chef de l’Etat a tenu compte des observations des responsables des Centrales syndicales en ajustant les disciplines d’évaluation. Il ne s’agit donc point de mettre des milliers de familles au chômage, mais d’assurer une éducation de qualité aux enfants. Cette mesure permettra au gouvernement de maintenir les meilleurs, voire les bons dans la corporation.
Odi I. Aïtchédji

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here