Evaluation des politiques et des institutions nationales (Cpia 2019):Le Bénin réalise sa 1ère progression depuis 2008

0
1475

Les résultats de la dernière évaluation des politiques et des institutions nationales (Cpia) organisée par la Banque mondiale sont connus. De 3,5 en 2018, le Bénin a fait une progression en passant à 3,6 en 2019. Cette performance inégalée depuis 2008 est due aux avancées notées sur le volet « Gestion économique »,  « Gestion et institutions du secteur public » et « Droits de propriété et gouvernance fondée sur des règles ». Ci-dessous, le communiqué du Ministère de l’économie et des finances qui donne plus de détails sur l’exploit béninois.

Depuis l’avènement du régime de Patrice Talon, le Bénin est l’un des pays les mieux gérés. Les sceptiques et autres critiques peuvent à nouveau s’en convaincre à l’analyse des résultats de la dernière évaluation faite par la Banque mondiale. Cette évaluation est un outil de diagnostic annuel qui permet d’apprécier sur une échelle de 1 à 6, la qualité des politiques menées et l’aptitude des institutions à favoriser une croissance durable et réduire la pauvreté. Au terme donc de  l’évaluation des politiques et des institutions nationales (Cpia) organisée par l’institution bancaire mondiale, le Bénin a enregistré une progression de son score Cpia, passant de 3,5 en 2018 à 3,6 en 2019. Selon le communiqué du Ministère de l’économie et des finances, cette performance constitue la première progression positive de l’économie béninoise depuis 2008,  notamment portée  par les nombreuses réformes sur le plan de la  « Gestion économique ». Ce qui permet au Bénin  de passer  2ème sur le plan continental derrière l’Ouganda. Les progrès constatés à ce niveau concernent entre autres : les acquis en matière de transparence des politiques, de renforcement de la gestion de la dette publique et de la consolidation budgétaire. Selon les spécialistes, c’est une prouesse macroéconomique qui hisse le Bénin au niveau  des pays à économie robuste comme le Ghana (3,6). Ainsi, l’économie béninoise n’est plus devancée en Afrique que par 5 pays : Rwanda (4,0), Cap Vert (3,8), Kenya (3,7), Sénégal (3,7) et Ouganda (3,7). Des avancées ont été également notées sur le volet « Gestion et institutions du secteur public », dont le score est passé de 3,3 à 3,4, grâce à l’amélioration de l’indicateur « Droits de propriété et gouvernance fondée sur des règles »  passé de 3,0 à 3,5. Les progrès réalisés à ce niveau portent entre autres sur : l’enregistrement des biens immobiliers avec l’amélioration de la fiabilité et de la transparence du système d’administration foncière, et l’amélioration du processus de planification dans le secteur de la santé.

Communiqué de presse

 

Au terme de la dernière évaluation des politiques et des institutions nationales (Cpia) organisée par la Banque mondiale, le Bénin a enregistré une progression de son Cpia passant de 3,5 en 2018 à 3,6 en 2019. Cette évaluation est un outil de diagnostic annuel qui permet d’apprécier sur une échelle de 1 à 6, la qualité des politiques et l’aptitude des institutions à favoriser une croissance durable et réduire la pauvreté.

Cette performance constitue la première progression positive de son score depuis 2008. Ainsi, le Bénin a réalisé le même score que le Ghana (3,6) et n’est lus devancé en Afrique que par 5 pays : Rwanda (4,0), Cap vert (3,8), Kenya (3,7), Sénégal (3,7) et Ouganda (3,7).

Ce progrès a été porté notamment par les nombreuses réformes sur le volet « Gestion économique » faisant ainsi passer le score de ce score de 3,8 à 4,2 ; deuxième derrière l’Ouganda (4,3) et devant le Rwanda (4,0). Les progrès constatés à ce niveau concernent entre autres : (i) les acquis en matière de transparence des politiques, (ii) le renforcement de la gestion de la dette publique et (iii) les résultats de la consolidation budgétaire.

Des avancées ont été également notées sur le volet « Gestion et institutions du secteur public » dont le score est passé de 3,3 à 3,4 notamment grâce à l’amélioration de l’indicateur « Droits de propriété et gouvernance fondée sur des règles » qui est passé de 3,0 à 3,5. Les progrès réalisés à ce niveau portent entre autres sur (i) l’enregistrement des biens immobiliers avec l’amélioration de la fiabilité et de la transparence du système d’administration foncière et (ii) l’amélioration du processus de planification dans le secteur de la santé.

 

Fait à Cotonou, le 23 juin 2020

 

Le Ministère de l’économie et des finances

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here