Evaluation diagnostique des enseignants:Les ministres de l’éducation rassurent

0
817

Les ministres en charge de l’éducation ont rassuré les enseignants Ace reversés de 2008 du caractère diagnostic de leur évaluation. C’est à travers une conférence de presse tenue, jeudi 9 août 2019, à Cotonou qu’ils ont situé l’opinion sur les tenants et les aboutissants de la décision gouvernementale.

 

Conviés à une évaluation intellectuelle le samedi 24 août 2019, les enseignants Ace reversés de 2008 apprécient à tort ou à travers la décision du gouvernement. Or, à terme, le but de l’opération est d’améliorer la qualité de l’éducation afin de parer aux insuffisances observées dans le système éducatif. Au cours de leur sortie médiatique hier, SalimaneKarimou, de l’Enseignement maternel et primaire, KakpoMahougnon, de l’Enseignement secondaire, technique et de la formation professionnelle et Marie-Odile Attanasso, de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique ont précisé les objectifs de l’opération et invité les enseignants concernés à faire preuve de maturité. Porte-parole du collectif, SalimaneKarimou, a fait savoir qu’il ne s’agit nullement d’une décision politique. Selon lui, il s’agit d’une évaluation diagnostique qui permettra de rehausser le niveau de l’enseignement au Bénin. A l’entendre, après les phases de composition, de correction et de délibération, les résultats seront classés en 02 groupes. Le groupe A regroupera les enseignants ayant obtenu les notes supérieures ou égales à 10 et le groupe B ceux qui auront moins de 10. Les enseignants du groupe A seront admis comme Agents permanents de l’Etat. Ceux du groupe B vont suivre une formation modulaire tout en restant en situation de classe et en conservant leurs salaires. Selon les explications du Memp, après la formation, les enseignants du groupe B subiront, une fois encore, une évaluation. A ce niveau, le seuil d’admissibilité reste toujours 10/20. Ceux qui sortiront de cette nouvelle évaluation deviendront d’office des Ape. Le reste de ce groupe sera envoyé dans l’administration publique, dans les services de leur choix. « Personne ne sera laissée sur le carreau, sauf ceux qui choisiront délibérément de ne pas se faire évaluer », a rassuré le ministre Karimou.Pour lui, c’est en collaboration avec les Centrales syndicales que la note minimale et les matières dans lesquelles les enseignants vont plancher ont été retenues. Par ailleurs, le principal orateur a donné les garanties de la bonne tenue de l’évaluation des 18567 enseignants, soit 9861 au niveau de l’Enseignement maternel et primaireet 8706 du côté du l’Enseignement secondaire, technique et de la formation professionnelle. L’opération est pilotée par un comité de suivi composé de toutes les centrales et confédérations syndicales et  des représentants des conseils sectoriels pour le dialogue social de chaque ministère.

 

Odi I. Aïtchédji

 

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here