Examen national de Licence:L’Issic se classe 1er en journalisme  (Sylvia Amadou, la lauréate, livre ses secrets) 

0
958

L’Institut supérieur des sciences de l’information et de la communication (Issic) a fait sensation à l’édition 2019 de l’examen national de Licence. La première du Bénin dans la catégorie journalisme, Sylvia Amadou, provient de cette jeune université. Approchée par E-Télé, elle s’est réjouie de sa performance. Voici la substance de sa déclaration.

« L’examen, de façon générale, s’est bien déroulé. Les épreuves étaient abordables. J’ai trouvé cela très facile. Cela me rappelait les premiers cours de la première année. La pratique était difficile, mais j’avais fait de mon mieux comme les autres. Je trouve que c’est une belle initiative. Cela permet de voir le travail qui se fait au niveau des écoles privées. Plusieurs personnes n’ont pas confiance aux cours que nous faisons au niveau des écoles privées. Elles disent que les notes sont distribuées gratuitement. Donc l’examen, c’est une occasion de montrer que si les universités publiques font de leur mieux, les écoles privées en font aussi davantage. Je suis très contente. Je me dis que tous mes efforts sont couronnés de succès. Je dirais que les résultats sont venus de façon surprenante. Cela m’a beaucoup fait plaisir. Il ne suffit pas d’avoir un diplôme, il faut aller en stage pour apprendre des aînés. Après cela, je compte aller faire un stage professionnel et trouver un contrat et commencer à travailler en préparant le Master. Issic, c’est une bonne école. Nous avons des professeurs très compétents. Il faut noter que ce ne sont pas des personnes qui viennent au hasard. Ce sont des personnes qui ont touché du doigt le métier de journaliste. Ce sont des anciens journalistes de la presse écrite, de la radio et de la télévision. Tous ceux qui sont venus sont des personnes expérimentées. Elles ne nous apprenaient pas seulement des choses sur papier, mais aussi leurs expériences personnelles. Cela nous permettait de nous forger nous-mêmes. Parce qu’il ne suffit pas d’écrire un cours didactique, d’aller l’apprendre à la maison et de venir l’écrire sur papier, mais il faut écouter les expériences. Je compte continuer mes études. Je veux faire le Master et le Doctorat. Au niveau de l’Issic, nous n’avons pas encore le Master. Je le ferai ailleurs. J’ai fait plusieurs stages académiques. J’ai fait mon stage à Océan Fm, à la radio Arzèkè à Parakou. J’ai aussi fait des stages pratiques dans une école de journalisme à Parakou. J’ai fait là, la première année. C’est une radio en fait. Il n’y a pas de différence entre les stages académiques et les stages professionnels, car les stages académiques nous préparent aux stages professionnels. On met en pratique au niveau des académiques ce qu’on a appris à l’école. Après les stages académiques, on est censé exercer la profession, donc les stages professionnels nous permettent d’approfondir ce qu’on a appris au niveau des stages académiques. Il n’y a pas une grande différence. Je vais leur dire que du fait d’échouer une fois ne voudra pas dire qu’on ne connait pas. Je leur dirai que cette année n’est pas leur année de chance, donc l’année prochaine, vous ferez encore mieux, vous serez peut-être même les meilleurs. Le problème est de se donner du courage ».

Plein feu sur l’Issic

L’Issic est l’Institut supérieur des sciences de l’information et de la communication. Il a été créé par Charles Toko, Fondateur du Groupe de Presse  » Le Matinal  » Il est créé pour répondre à un certain nombre d’exigences. L’Issic, c’est aussi et surtout la touche de la différence et de l’élévation d’un label. On sait ce que signifie le groupe de presse « Le Matinal » au Bénin ! En son sein, il y a deux radios que sont « Océan Fm » à Cotonou, « Urban Fm » à Parakou ; un grand journal, « Le Matinal » ; une Agence de communication ; une imposante imprimerie, une Web télévision, un site Internet pour le journal. A l’aune de cet atout impressionnant et du haut de près de deux décennies d’expériences, il s’est avéré nécessaire de mettre ce capital au profit de la jeunesse à travers l’Issic. Il se fait que, lorsque vous avez un groupe de presse d’une telle envergure, vous avez envie d’avoir une idée de ceux que vous employez. Or, il n’est pas toujours évident que les gens que vous recrutez soient à la hauteur de vos exigences, de vos attentes. Voilà, entre autres raisons, ce qui a conduit le groupe de presse à créer l’Issic qui une exigence qui attendait de prendre corps depuis bien longtemps. La particularité de Issic, c’est l’Issic lui-même. L’institut forme dans les sciences de l’information et de la communication de manière pure et dure. Sortirent de l’Issic, des journalistes et des communicateurs taillés sous un angle particulier qui répondent à bien des critères évolutifs et à des exigences professionnelles qui tiennent compte d’un certain nombre de variables. C’est d’ailleurs pour cela qu’on l’a appelé l’Institut des médias du futur.

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here