Fcbe:Quand Yayi Boni entretient la division

0
3924

Si le parti Force cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) devra tomber, sa chute viendra d’un seul homme: Yayi Boni. Il en donne malheureusement les indices. Cette fin que le Chef même souhaite ne viendra pas.

Le parti Fcbe continue quoiqu’on dise d’être un regroupement politique assez organisé qui pèsera dans le débat politique. Ce parti doit se battre pour son unité et sa consolidation, car il reste un maillon important dans le dispositif partisan. Seulement, le ver est dans le fruit. Le bâtisseur de la maison a décidé de porter le premier coup de pioche. Au lieu d’être l’artisan de l’unité retrouvée, il se découvre les talents de partisan de la division en s’investissant pour faire du parti un monstre à deux têtes. La lutte pour l’affrontement entre les frères Fcbe est suicidaire. L’engagement de l’ancien chef de l’Etat béninois est mauvais et il faut le clamer. A ce comportement déviant à tous points de vue, l’opinion reste sans voix. Beaucoup s’affolent et se demandent ce qui peut bien justifier cet engagement de Yayi Boni. La raison que ses partisans avancent est que l’homme est fâché contre Paul Hounkpè et compagnie parce qu’ils se sont battus pour inscrire le parti dans la légalité sans son avis. Le pire, selon eux, est que ces derniers entretiennent des liens assez étroits avec l’actuel chef de l’Etat. En d’autres termes, Yayi Boni n’apprécie pas que quelques-uns de ses disciples tentent de s’allier à Patrice Talon. Voilà le fond de la crise au sein des Fcbe. Le nœud d’une discorde qui n’est pas fait pour prendre fin de sitôt. Pourtant, l’idée en soit n’était pas si mauvaise. Se battre pour enregistrer le parti et l’inscrire dans la légalité pour les élections doit être salué. Mieux que plusieurs partis politiques de l’opposition, les Forces cauris pour un Bénin émergent peuvent désormais participer en toute légalité aux joutes électorales à venir. Il s’agit d’une très grande avancée que tous les acteurs de l’opposition devraient saluer, car au-delà de toutes les luttes, la meilleure est celle qui se fait par les urnes. Pourquoi Yayi Boni s’oppose à ce que son parti ait le quitus pour participer aux élections alors qu’il devrait s’en réjouir ? Pourquoi veut-il que le parti reste dans l’illégalité et à quelle fin?

 

L’autre versant du débat

 

L’autre versant du débat concerne la proximité des leaders Fcbe avec l’actuel régime. Si cela s’avérait, on peut se demander ce qui gêne si tant Yayi Boni. Pourquoi veut-il faire du parti un creuset de règlement de comptes politiques et personnels ? Pourquoi veut-il être dans cette forme de jusqu’au-boutisme qui a conduit aux dérives de mai? A quoi cela lui servira-t-il? Son absence à l’invitation du Chef de l’Etat est un signe patent de son engagement à faire de son parti un vrai instrument de règlement de comptes au lieu d’en faire un vrai parti respecté et à envergure nationale. Si l’engagement de Yayi est inspiré par le souci de lutter pour faire revenir ses amis en fuite, il manque vraiment de manière. Face à quelqu’un qui détient le pouvoir, l’usage de la force est une œuvre vaine. Yayi Boni et son ami docile Nicéphore Soglo doivent le savoir. Que la sagesse gagne enfin  les esprits.

 

Abdourhamane Touré

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here