Fidèle Baha au sujet de « La légende Baoulé »:« Cette création pour vendre positivement l’Afrique au monde »

0
2271

Fidèle Baha, directeur artistique de la compagnie de marionnettes Pataclowns revient à Cotonou avec sa nouvelle création intitulée « La légende Baoulé ». Un spectacle jeune public qui traite de la place de l’enfant dans la société. Il nous parle ici des motifs et des retombées de cette création.

Le Matinal : Vous venez de signer une nouvelle création intitulée « La légende Baoulé » que vous présenterez au public ce jeudi 16 mai 2019 à l’Institut Français du Bénin. Pouvez-vous nous faire la genèse de cette création ?

 

Fidèle Baha : Cette création est née du souhait de notre compagnie (la compagnie Pataclowns) de s’ouvrir au monde du théâtre. Après avoir affuté nos armes dans le théâtre à fil ici à Cotonou alors que nous venions de la Côte d’Ivoire dans les années sombres de la guerre, nous avons jugé bon d’aller à la quête de la connaissance universelle. Pour ce fait, notre compagnie a atterri en Europe. Nous avons fait la connaissance en 2014 à Genèvre d’Anne Compagnon, tenancière de la compagnie Deux fois rien. Ce fut le déclic de la création « La légende Baoulé ». Cette rencontre nous a permis la mixture de nos deux compagnies autour de l’idéologie du théâtre à ombres très peu exploité dans les créations artistiques. Nos réflexions nous ont permis de porter un regard neuf sur le patrimoine africain à travers la résurgence de la légende Baoulé qui allie épopée et réalité.

 

Selon ce palmarès, cette nouvelle création a reçu des échos favorables auprès du public européen. Dites-nous les prouesses réalisées dans l’émission de ce spectacle jeune public.

 

La légende Baoulé est un vrai succès de scène. En l’espace de quatre ans, le spectacle a été joué plus de 60 fois dans différents espaces en Suisse et en France sans compter les nombreuses demandes formulées par des agences pour sa diffusion. Nous avons voulu simplement tester une expérience de jumelage. Et c’est le lieu de saluer la collaboration helvético-ivoirienne à travers la participation bénéfique d’artistes franco suisses, Belges et Français dans la réalisation de ce projet. Je pense à Michel Beretti, grâce à qui, le texte de la légende Baoulé a été écrit et réadapté. Je pense à Christelle Nicod qui en a assuré la mise en scène. Je n’oublie pas Sylvain Fournier qui a réalisé la musique, à Anne Compagnon pour la scénographie, à Jean-Philippe Monteiro pour la création de la lumière.

 

Vous avez certainement un mot à l’endroit de tous ceux qui prendront part à ce spectacle ce jour jeudi 16 mai 2019 sous la paillote de l’Institut Français du Bénin ?

 

Bien évidemment. Je leur dirai qu’ils ont fait le bon choix. Celui d’un voyage inoubliable dans le temps et dans l’espace de la mythologie africaine. Car à travers La légende Baoulé, c’est l’Afrique qui est vendue positivement au monde. C’est la figure de la femme qui est portée sur les feux de la rampe à travers l’héroïne Abla Pakou dont le parcours est édifiant. C’est aussi avant tout la parole donnée à l’enfant. En un mot, La légende Baoulé est une histoire de tous les temps.   

 

Propos recueillis par Mohamed Yasser Amoussa (Coll

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here