Foire internationale de Parakou 2019:Les produits attendent les populations

0
2489

Depuis le lundi 02 décembre 2019, la Foire internationale de Parakou (Fip), édition 2019 bat son plein à la place Tabéra de Parakou. Venus du  Nigéria, du Burkina Faso, du Mali, du Sénégal, du Niger, de la Côte d’Ivoire et de bien d’autres pays de la sous-région ouest-africaine, les forains ne sont pas encore satisfaits de l’affluence.

La Foire internationale de Parakou 2019 suit son cours dans la Cité des Kokuru. Dans le rang des forains, la satisfaction n’est pas encore au rendez-vous à cause de la morosité économique ambiante, qui fait que les clients effectuent le déplacement pour visiter seulement les stands. Mais très peu parmi eux se retournent à la maison avec un article acheté. « La clientèle vient au compte-goutte.  L’affluence n’est pas  celle que nous attendons », a confié Samir Wanga artisan burkinabé,  vendeur d’objets d’arts.  « Le marché ça va, les gens viennent un peu un peu, mais pas comme on veut », a confirmé une vendeuse des produis cosmétiques à base des plantes venue de Tanguiéta.  « L’affluence pour le moment, on ne la sent pas. C’est un peu mou », a ajouté un autre forain.  A les en croire, les populations viennent se renseigner beaucoup plus sur les articles, mais n’arrivent pas à s’en procurer. Cette attitude des clients s’explique. Selon Likomy Alley,  exposant de complément alimentaire à base de plantes médicinales, elle est due à la morosité économique. « Le marché, présentement, est un peu tendu. Les gens viennent juste se renseigner et ne reviennent plus », a-t-il constaté.  « Je peux vous dire que ce n’est pas mal, ça va. C’est vrai que le temps est un peu difficile. Les gens sont intéressés par les produits, mais n’ont pas l’argent pour s’en procurer. Donc, ils nous font des promesses. D’autres qui sont dans le besoin achètent sur-le-champ », a renchéri Samir Wanga. Malgré cet environnement morose, les forains n’ont pas perdu espoir. Tous optimistes, ils espèrent une amélioration de la situation les jours qui viennent. « On espère que ça ira », a souhaité Likomy Alley. « Comme c’est le début, on espère qu’avec le temps, ça ira beaucoup mieux », a confié Gislaine Kponwolo,  vendeuse de produits locaux. Au-delà des affaires, Likomy Alley estime que la Fip est une opportunité pour  diversifier son carnet d’adresses, connaître d’autres personnes  et tisser de nouveaux  partenariats. Raison pour laquelle, il a exhorté les populations à visiter les stands pour pouvoir  acheter de beaux articles à des prix abordables.

 

Zéphirin Toasségnitché (Coll. externe)

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here