Foot-Ecureuils:Maintenant, on joue comment ?

0
1352

Les 23 joueurs retenus pour la Can Egypte 2019 ont entamé depuis lundi 3 juin dernier, le premier stage de préparation avec Michel Dussuyer aux commandes à Ifrane (Maroc). Avant de défier le Ghana, la Guinée-Bissau et le Cameroun en phase finale, le groupe va répéter ses gammes contre la Guinée et la Mauritanie en amical. Quel sera le projet de jeu des Ecureuils?

En 4-3-3 pour plus de maîtrise…

 

Utilisé une seule fois contre l’Algérie au match retour à Cotonou, sous l’ère Dussuyer II, c’est sans aucun doute la rencontre la plus aboutie en termes de production de jeu. Réduite à dix, l’équipe a ensuite fait preuve de discipline tactique et de solidarité. C’était quasi parfait. Le type de prestation qu’on a envie de revoir. Une qualité de jeu certes validée par l’ouverture du score de Sessi d’Almeida, mais depuis on n’a plus revu les Ecureuils dans cette configuration. Entre les absences et suspensions, le sélectionneur n’avait plus la même ressource humaine et a tranché pour une autre organisation. Mais en considérant les profils sélectionnés, on peut s’imaginer que cela peut devenir le schéma préférentiel avec un milieu à trois, car le staff a désormais plus de temps pour travailler ses animations défensives comme offensives. Sur cette dernière étape, le Bénin devrait évoluer certainement avec un trio d’attaque composé d’un attaquant de pointe et deux hommes sur les couloirs. Derrière, tout peut se décider en fonction des choix.

 

3-4-3 pour plus de solidité….

 

Suffisamment fourni au poste d’arrière central, c’est dans cette configuration que le Bénin est allé chercher un point à Lomé en septembre 2018 et battu les mêmes Eperviers à Cotonou en mars 2019 deux buts à un. Mais à l’extérieur, ce schéma a échoué deux fois en Algérie et en Gambie. Deux défaites 2-0 et 3-1 qui remettent presque l’animation de l’équipe en cause. Sans s’attarder uniquement sur les résultats, ce système a été aligné quatre fois en cinq rencontres. On peut dire que c’est la première option, celle où les joueurs ont plus de repères. Mais l’équilibre de l’équipe repose presque sur les deux joueurs de l’entre jeu. Des automatismes à travailler pour rendre le duo encore plus performant afin de permettre au trio offensif d’être plus dangereux. Il y a aussi les rôles des latéraux pour une meilleure utilisation des couloirs. Les gros chantiers sont là. Nous aurons les premières réponses pendant les matches amicaux à venir le 11 juin et le 18 juin.

 

Géraud Viwami (Coll)

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here