Forces Cauris pour un Bénin Emergent: Un congrès qui révèle le mal

0
992




L’attraction du week-end était bien évidemment le congrès des Forces cauris pour un Bénin émergent, organisé à Parakou. Un rendez-vous qui a tôt fait de montrer que l’alliance devenue un parti politique n’est plus une machine de guerre. On le savait, mais c’est un fait depuis samedi dernier. Les troupes de Yayi Boni ont en effet bien accueilli leur leader, comme il est de tradition dans la cité des Koburu. L’ancien chef de l’Etat est certes le bienvenu dans cette ville et la veille du congrès il a pris la météo au niveau des marchés où il s’est rendu, comme pour dire « Gnindié ». Cette stratégie lui a permis de savoir qu’il a encore une frange de la population qui lui reste fidèle. Il a fait son show dans son ancien fief. Mais on ne peut pas dire que cette fidélité à Yayi était dans tous les cœurs lors de ce congrès. Donc, on ne peut pas dire qu’il s’agissait d’une fidélité pour tout le monde.


A partir de ce moment, la mobilisation observée ne peut être considérée comme un critère pour attester de la fidélité des uns et des autres à Yayi Boni. Les gens qui ont pris part au congrès étaient dans leur grande majorité curieux. Curieux de savoir ceux qui seront de la partie et quels genres de discours seront lus à la tribune. Il n’y avait pas de vrais militants, mais des hommes et des femmes qui non seulement étaient curieux, mais aussi espéraient que Yayi Boni allait leur lancer des billets de banque, comme il savait le faire quand il était aux affaires. Mais les temps ont changé, et ils l’ont compris samedi dernier. Le «Gninwé » qui avait habitué ses populations à l’argent facile leur a donné espoir la veille du rendez-vous qu’ils le verront mettre la main à la poche. Et, ils étaient au rendez-vous. En fin de compte, ils n’ont pas eu ce qu’ils comptaient avoir. Il y avait des militants convaincus, mais ils n’étaient pas nombreux. On les voyait encore plus nombreuses au temps fort de leur leader.


Ce congrès a donc révélé que Yayi Boni n’a plus de soldats et de chefs de guerre et que ceux-ci, pour la plupart se sont déjà ralliés à la cause du Chantre du Nouveau départ, Patrice Talon. Avant ce congrès, les militants Fcbe étaient déjà désunis et surtout terriblement coupés de tout contact avec les racines et les ténors de l’alliance. Au sortir du rendez-vous de Parakou les nouveaux responsables de l’ancienne alliance au pouvoir ont promis plus d’effort et d’engagement pour redonner du souffle à la famille, mais on se demande avec quels arguments après avoir déjà joué tous les morceaux pour peindre en noir l’actuel régime, sans réussir le coup.

FN

LAISSER UN COMMENTAIRE