Gestion de l’éclairage public:Gouvernement et Ancb pour le même combat

0
2566

Les artères des villes et villages du Bénin seront plus que jamais illuminées. Le gouvernement du Nouveau départ en fait le pari. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il a mobilisé, hier jeudi 24 octobre 2019, les collectivités locales autour de la question de l’éclairage public.

L’éclairage public, au Bénin, sera mieux géré que par le passé. La Sbee, l’Aberme et les collectivités locales en prennent l’engagement. C’est du moins ce qu’il convient de retenir de la table ronde organisée par le gouvernement à travers le ministère de l’Energie. Ces assises organisées à Cotonou ont permis d’aplanir les divergences entre les acteurs impliqués et d’entrevoir des pistes de solutions aux difficultés rencontrées. Ainsi, les travaux en commission présidés par le maire Nicaise Fagnon ont débouché sur des recommandations majeures. Entre autres, les participants souhaitent la création d’un cadre permanent de dialogue entre l’Etat, les Communes, la Sbee et l’Aberme, la mise en place d’un mécanisme approprié de financement de l’éclairage public, la définition d’une politique d’éclairage publique au Bénin, l’élaboration d’un cadre réglementaire pour le développement de l’éclairage public et l’adoption d’un plan d’actions de l’éclairage public. Se réjouissant de l’engouement suscité par ces assises, le ministre de l’Energie a félicité les différentes parties prenantes, en particulier l’Ancb. Il a, par la suite, promis de rendre compte au gouvernement des différentes recommandations formulées. Venus pour soutenir l’événement, les ministres de la Défense et de la Décentralisation, ont dit toute l’importance de cette table ronde. Pour Alain Fortuné Nouatin, l’éclairage est très vital pour la sécurité et le développement.  Alassane Séidou, quant à lui, a estimé que l’éclairage public fait partie intégrante de la vie des populations béninoises. Il a, toutefois, déploré les difficultés liées à sa gestion, et plaidé pour l’instauration d’un climat de confiance entre tous les acteurs impliqués dans sa gestion. Pour Luc Atrokpo, les jeux de ping-pong auxquels la Société béninoise d’énergie électrique (Sbee) et les collectivités locales se livrent n’est pas de nature à rassurer qui que ce soit. Le monopole de la Sbee sur le réseau conventionnel est dérangeant surtout en matière de facturation, et il faut changer de fusil d’épaule. Car, cette situation est préjudiciable aux populations en raison des nombreux dysfonctionnements.

 

Joël Samson Bossou

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here