Gestion de l’insécurité à l’ère Talon:Les réformes ont  propulsé la Police républicaine

0
704

La Police républicaine a été mise sur pied afin de faire face efficacement aux menaces auxquelles sont confrontés les pays de la sous-région. En visite à Zagnanado lundi 30 novembre 2020, le président Patrice Talon a réitéré l’engagement de son gouvernement de renforcer les capacités des forces de défense et de sécurité pour de meilleures prestations.

Car, pour avoir, les années précédentes, privé les forces de défense et de sécurité de matériels et moyens adéquats, l’Etat central a prêté flanc à la propagation du fléau de rançonnement sur les routes.  Comme à son habitude, le président de la République, n’a pas usé de détours ou de subterfuges inutiles devant la population de Zagnanado et environs lundi 30 novembre 2020, pour les difficultés auxquelles les forces de l’ordre ont été confrontées durant des années.  Mais avec les réformes entreprises depuis 2017 au plan sécuritaire, qui ont  abouti à la fusion de la Police et de la Gendarmerie en une seule et même entité, la sécurité des populations est assurée. Pour Patrice Talon, les défis sécuritaires de notre temps ont changé de nature et de dimension et imposent une cohérence d’actions et une meilleure organisation de nos forces de sécurité publique. Cette  nouvelle approche en matière de gestion sécuritaire était d’autant plus nécessaire, que les pratiques immorales de rançonnements étaient motivées par le peu de moyens mis à disposition des forces de l’ordre. Désormais, les moyens sont, a ajouté le chef de l’Etat, mis à la disposition des commissariats sur toute l’étendue du territoire national. La quantité de véhicules et de motos fournis à la Police républicaine dépasse largement ce qu’on a pu faire durant les quinquennats, et les mandats successifs depuis les indépendances. Cela témoigne de la volonté manifeste du gouvernement à donner aux forces de défense et de sécurité, les moyens pour mieux remplir les missions à elles assignées. Par ailleurs, tous les commissariats de police ont une dotation de l’Etat pour leur fonctionnement durant toute l’année, en plus des équipements dont ils sont dotés. Conséquence, un meilleur comportement de la part des forces de l’ordre, ainsi que l’amélioration de la sécurité. « Au lieu de doter les commissariats et les brigades de budget de fonctionnement, on ne leur donnait pas un franc et on leur permettait de rançonner les concitoyens et les usagers. Et c’est avec cela qu’une partie finançait le fonctionnement des commissariats et des brigades à l’époque, il y a 4 ans », a déclaré de façon amère le chef de l’Etat. Selon lui, d’ailleurs l’Etat a une grande part de responsabilité dans cette affaire. Heureusement, autrefois érigés en règle par les forces de défense et de sécurité,  les rançonnements ont complètement reculés. Il n’est pas juste, a-t-il poursuivi  de jeter la pierre aux agents. Les causes étant liées à la non-mise à disposition de ces unités censées assurer la sécurité des paisibles populations des moyens adéquats pour l’accomplissement efficient de leur mission républicaine. Les forces de défense et de sécurité ne sont plus, en tout cas,  des bourreaux pour les citoyens avec qui elles travaillent désormais en parfaite symbiose pour dénicher et mettre hors d’état de nuire les malfrats.

 

Abdourhamane Touré 

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here