Gestion des infrastructures sanitaires, produits médicaux et eau:Deux nouvelles agences installées 

0
594

Les membres du Conseil d’administration de l’Agence nationale de contrôle de qualité des produits de santé et de l’eau (Ancq) et de l’Agence des infrastructures sanitaires, des équipements et de la maintenance (Aisem) ont été installés dans leurs fonctions le mardi 1er septembre 2020. La cérémonie a été présidée par le ministre de la Santé Benjamin Hounkpatin.

Pour mettre en œuvre les réformes engagées au niveau du secteur de la santé et aboutir à la transformation substantielle de plusieurs structures, le gouvernement a créé l’Agence nationale de contrôle de qualité des produits de santé et de l’eau (Ancq) et celle des infrastructures sanitaires, des équipements et de la maintenance (Aisem). Elles remplacent la Direction des infrastructures et des équipements et le Laboratoire national de contrôle de qualité. Leurs missions sont non seulement de concevoir et d’élaborer la politique globale de gestion et de maintenance des équipements de santé, mais aussi de contrôler la qualité des produits de santé et de l’eau. En ce qui concerne l’Aisem, elle devra entre autres, veiller à l’application des normes en matière d’infrastructures sanitaires et d’équipements biomédicaux et à l’élaboration des programmes d’investissement en infrastructures bio médicaux sanitaires. Elle doit également assurer la maintenance des infrastructures et équipements puis élaborer et mettre en œuvre les programmes d’investissement en infrastructures sanitaires. L’Ancq quant à elle, devra assurer le contrôle de l’eau de consommation fournie par les structures productrices et distributrice, lutter contre la vente illicite des produits de santé et de l’eau de mauvaise qualité ou non conforme et faire les expertises toxicologiques des industries pharmaceutiques et productrices d’eau. Après leurs nominations en Conseil des ministres le 8 juillet 2020, les membres des Conseils d’administration de ces deux agences ont été installés mardi dernier par le ministre de la Santé, Benjamin Hounkpatin.

 

Benjamin N. Douté

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here