Gouvernance du Bénin en 4 ans:Les bonnes notes de Todjinou à Talon

0
2297

L’ancien secrétaire général de la Confédération générale des travailleurs du Bénin (Cgtb), Pascal Todjinou, est fier du président Patrice Talon. Interrogé sur les quatre années de la gouvernance sous le Nouveau départ, il attribue de bonnes notes au président de la République. Lire sa déclaration.

« Quand le président Patrice Talon prenait le pouvoir le 6 avril 2016, il avait prononcé une phrase qui m’a marqué : je suis prêt et tout de suite. J’avais cru que c’était la parole des politiciens qui viennent nous flatter. Dès qu’il a pris le pouvoir, il y a des dispositions qu’il a prises à savoir l’annulation des concours véritablement frauduleux, les décrets qui peuvent faire partir des centaines de milliards…Les réalisations qui s’opèrent aujourd’hui vont beaucoup plus conforter ses admirateurs. En tant que citoyen résidant aujourd’hui dans la ville de Cotonou et de Porto-Novo, quand vous voyez ce qui se passe, c’est exceptionnel. Vous arrivez à Tokpota ici, ce qui se réalise comme infrastructure, c’est inédit. J’ai connu l’indépendance à Porto-Novo, mais les différents présidents qui sont passés ici, aucun d’eux n’a fait autant que Talon. Ce n’est pas pour glorifier quelqu’un. Même si Patrice Talon était mon ennemi, et si ce que je vois sur le plan infrastructure se réalise, je lui tirerai un coup de chapeau. J’étais allé à Cotonou la dernière fois. J’ai jeté un coup d’œil sur la berge lagunaire, c’est formidable. Tous les présidents sont passés par là, mais ils ont été incapables de mettre un terme au désordre. A partir de Cadjèhoun pour aller vers Ouidah, c’est exceptionnel. Du point de vue infrastructure, je suis sidéré. Même au niveau scolaire, le fait d’amener l’enseignant à s’intéresser effectivement à la craie, le fait que le directeur d’école, au lieu de partager un kilo de riz à un élève, lui donnait un quart de riz et garde les ¾ est du passé. Quand vous le faites, vous êtes en même temps déchargé. Cela amène les gens à avoir peur. Par rapport à la corruption, je ne proclame pas sa disparition, mais lorsque vous entendez Criet, vous criez et vous êtes obligé de vous ranger automatiquement. C’est un gendarme qui est là et qui fait peur. Hier, j’ai critiqué la Criet, mais aujourd’hui je pense que c’est un bon gendarme qui fait peur. Face à tout cela, on se demande où le président Talon trouve autant de moyens financiers pour réaliser autant de choses en quatre ans, je dirai même deux, puisqu’il a mis pratiquement deux ans à analyser ce qu’il faut faire effectivement. Je trouve qu’il est un planificateur hors-pair, un statisticien de renom. Si la tendance se maintenait parce que l’élection présidentielle arrive, le président sortira très grandi et j’ai peur que le nom « Agbonnon » qu’il redoute fortement ne soit le super « Agbonnon » du Bénin ».

 

Propos recueillis par A.T.

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here