Grand-Popo:L’érosion côtière au coeur de la 98ème édition de Novitcha

0
2896

La Commune de Grand-Popo a été une fois encore dimanche 9 juin 2019,  le point de retranchement des populations Xwla et Xwéla ainsi que celles de la diaspora béninoise, en vue de la célébration de la fête de Pentecôte dénommée « Nonvitcha ». Occasion pour la première autorité de la Commune, Anani Hlondji, de plaider pour la lutte contre l’érosion côtière qui menace le quotidien de ses populations.

Le maire de Grand-Popo fait de la lutte contre l’érosion côtière son cheval de bataille. En effet, après la messe du dimanche 9 juin 2019 dans le cadre des retrouvailles de Nonvitcha, la population, les officiels et les touristes se sont rendus à la plage non loin de la place Nonvitcha pour la suite des manifestations officielles inscrites au programme. Allocutions, chants, danses et prestations de divers groupes culturels ont marqué cette partie des festivités de la fête de Nonvitcha 2019. Occasion pour le président du comité d’organisation, André Koukoui de rappeler les fondements de la célébration de cette fête de retrouvaille. Pour lui, la célébration de cette fête de retrouvailles résulte de la volonté des pères fondateurs de promouvoir la paix et de resserrer les liens de fraternité entre les fils et filles de la commune et du pays entier. Emboitant le pas à son prédécesseur, Norbert Kassa, président de l’association Nonvitcha s’est dit satisfait de ce que cette initiative ait réussi et perdure jusqu’a ce jour. L’honneur est revenu ensuite au  maire de la commune d’inviter les gouvernants à agir de manière prompte face à la persistance de l’érosion côtière. Il a profité de son allocution de lancement des réjouissances populaires de la fête de Nonvitcha 2019 pour porter le message de ses administrés aux dirigeants présents. « Permettez-moi de vous rappeler que le littoral est fortement attaqué par l’érosion maritime et lagunaire. Nombreuses sont les infrastructures socio-communautaires et habitations qui sont déjà englouties par la mer », fait-il observer. Pour la première autorité de la ville de Grand-Popo, il est important de prendre le taureau par les cornes, au risque de voir disparaitre une partie de l’histoire du Bénin. « Nous sommes bien informés des mesures prises par le gouvernement. Mais face à la menace persistante de la mer, il faut que les choses aillent encore plus vite », a-t-il insisté  avant d’inviter le Ministre du cadre du cadre de vie, José Didier Tonato, natif de la localité, à être le porte-parole de la population au sein du gouvernement.

Claude Ahovè

       (Br Mono-Couffo)                                            

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here