Guéguerre entre leaders d’opposition:Azannaï tacle Ajavon et l’Usl

0
1529

Comme d’habitude, Candide Azannaï, président du parti « Restaurer l’espoir », a répondu aux provocations. Il n’a pas aimé les agissements des militants de l’Usl et de son président Sébastien Ajavon. Il l’a fait savoir au cours d’une rencontre à Cotonou.

« Je saigne.Je souffre. Je suis malade, torturé dans ma conscience quand on casse la baraque de cette dame sans lui donner quelque chose. Quand on ferme le garage de cet ouvrier sans au préalable lui trouver une compensation. Car, ce qu’il fait comme travail, c’est un refus de tendre la main.

Il y a un de mes maîtres qui m’a dit « tous ceux que vous voyez comme des pauvres en difficulté et qui dorment sous les lampadaires, sont les conséquences de chaque multi milliardaire ». Quelqu’un qui n’a pas de toit et l’autre milliardaire qui a deux maisons avolé sa personne. Compatir à ces personnes ne veut pas dire de supporter l’arrogance de leur richesse. Les hommes sont les mêmes. La fortune ne différencie que l’apparence. Personne ne doit courber l’échine sous la fortune. Restaurer l’espoir ne disparaîtra pas pour entrer dans l’Usl. Cela ne se passera pas. Que ceux qui chantent et insultent n’ont qu’à continuer de le faire. Je vais leur conseiller une sagesse. Un autre maître m’a dit « Jeune homme, tu seras homme et capable de diriger lorsque tu prends les injurescomme des éloges ».

C’est cela. Chaque injure est pour moi des grades. Je ne les écourte pas, parce que les injures ne me perturbent pas.Je suis sevré de cela et je n’ai peur de personne. Le discours que j’ai prononcé à Ouidah, combien de gens peut prononcer ce discours au Bénin dans l’opposition ? Prenez-les un à un.Ils peuvent prononcer ce genre discours ? Criet va crier sur eux. Ils vont fuir leurs maisons et leur pays. Ils vont partir nuitamment. Le premier des corrompus, des mafieux, des trafiquants de drogue ne peut me donner aucune leçon. Je n’ai pas 20 ans d’exil, et ne suis lié à une affaire de 18 kg de cocaïne. Les gens doivent respecter ceux qui n’ont pas d’argent, ceux qui ne sont pas milliardaire comme eux. On transforme une société en parti politique. On déplacele site Cajaf Common qu’on remplace par Usldans lequel on met frères, cousins, beaux-frères et puis employés dedans. Ils n’ont qu’à présenter leurs excuses et entrer dans les rangs, derrière nous. Sinon, on n’a rien à foutre avec eux. Je ne suis pas vendeur de cocaïne. Cela est clair. Qui me cherche, me trouvera. Je n’insulterai jamais le premier, mais quiconque m’insulte doit s’attendre au revers quand je veux, où je veux et comment je veux. Ils commencent par dire lorsqu’on faisait les élections présidentielles « il nous a dit que nous sommes le plan B de Yayi ». Aujourd’huinous allons dire partout qu’il est le plan B de Talon.Demandez-les, Criet ne peut pas crier sur moi. Je suis propre. Je suis disposé, ouvert, humble. Je ne veux rien. Je ne cherche rien. Ce que je veux, c’est que le pouvoir actuel arrête ses excès anti sociaux, sa dictature. Je sais qu’être en exil est douloureux. Je sais combien de fois condamner est douloureux.Je compatis à la douleur et à la difficulté de chaque condamné, mais je ne ferai jamais de la compromission. Je ne m’agenouillerai pas devant leur argent, ni leur injure. Je sais où je vais, c’est pour libérer le Parlement. C’est pourquoi je vous ai fait appel, vous jeunes de ce pays. Avec le concept Pjjp(Parlement jeune jaune et propre). Je demande à tous les jeunes de venir, si vous avez de l’argent ou pas. La caution, vous ne payerez pas. C’est le parti qui va s’en charger. Les affiches, les étiquettes de campagne, vous ne payerez pas. Le parti payera à votre place. Mais, nous n’avons d’argent pour acheter votre conscience, ni d’argent à distribuer, parce que nous n’en avons pas volé. Nous ne sommes pas des trafiquants. Nous n’avions pas de dossier sale dans nos placards. Nous sommes des hommes de vérité. Ce que nous voulons partager avec vous c’est dans les grandes civilisations lorsque la Patrie est en danger.C’est sont aux jeunes qu’on fait appel. Aidez-nous à libérer ce Parlement. »

 

Propos transcrits par Donald Kévin Gayet (Stag)

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here