Houngbédji s’entretient avec Yayi et Aïvo

0
2116

Le président de l’Assemblée nationale, Adrien Houngbédji a échangé hier mercredi 20 mars 2019, successivement, avec l’ancien président de la République, Yayi Boni et le professeur agrégé en droit constitutionnel, Joël Aïvo. Cette série de discussions entre dans le cadre des consultations pour des élections législatives inclusives et apaisées.

Après l’ancien président de la République Nicéphore Dieudonné Soglo, le président de l’Assemblée nationale, Adrien Houngbédji, a rendu visite à l’ancien chef de l’Etat, Yayi Boni, dans la matinée du mercredi 20 mars 2019 à son domicile à Cotonou. D’importants sujets ont été abordés au cours de cette entrevue entre les deux hommes. Des indiscrétions, il ressort que cette visite s’est inscrite dans le cadre de la consultation de tous les leaders politiques, pour la recherche du consensus en vue d’une large participation des partis politiques aux élections législatives du 28 avril 2019. L’audience a, en outre, permis à Adrien Houngbédji de recueillir les propositions personnelles de Yayi Boni pour sortir de l’impasse électorale. Par la même occasion, le président de l’Assemblée nationale aurait plaidé pour que l’ancien président de la République pèse de tout son poids afin que l’opposition puisse aussi participer au dénouement de la crise électorale. Après sa visite chez le chantre du « Changement » et de la « Refondation », le président Adrien Houngbédji a repris son bâton de pèlerin dans la soirée. Il a reçu à son cabinet, le professeur agrégé de droit constitutionnel, Joël Aïvo. Au cours de la séance, l’universitaire a livré ses propositions en vue des élections législatives inclusives. Il a exposé à son hôte, sa thérapie pour sortir le Bénin de la crise électorale qu’il traverse. Dans la même veine et pour aller au bout de sa mission, Me Adrien Houngbédji s’est aussi entretenu avec les représentants des partis politiques, toutes tendances confondues dans la soirée du même jour.

 

Fcbe et Re ont claqué

la porte !

 

A peine commencés, les échanges entre les acteurs politiques et le chef du Parlement se sont achevés sans les partis « Restaurer l’espoir » et « Forces cauris pour un Bénin émergent ». Les délégués des partis de Candide Azannaï et de Yayi Boni ont très tôt pris la porte de sortie. De sources bien renseignées, ces deux partis politiques exigent la restitution des quitus fiscaux et des récépissés de mise en conformité avant de prendre part à la concertation. Selon eux, c’est une condition sine qua non pour la suite du processus. L’autre aspect défavorable au dialogue abordé par les responsables du parti de l’ex-ministre de la Défense est la qualité des discussions avec le président de l’Assemblée Nationale. Ils ne seraient pas convaincus de la franchise des pourparlers conduits par le Numéro 1 du Parlement. A leur avis, le leader des « Tchoco-tchoco » ne peut pas être juge et partie.

 

Mohamed Yasser Amoussa (Coll)

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here