Idéologie politique:Les opposants souffre de myopie

0
2076

Au moment où les grands partis de la majorité s’attèlent à définir une référence idéologique lisible dans leur statut et règlement intérieur, les partis de l’opposition »décrétés grands partis » n’ont jusque-là aucune ligne idéologique si ce n’est la critique.

A part l’Union sociale libérale (Usl) dont la dénomination laisse transparaître une idéologie forte (socio libéralisme) dans certaines grandes démocraties, les deux autres partis de l’opposition que sont le Parti Restaurer l’Espoir et les Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) n’ont jusque-là, en tout cas,officiellement rien dit par rapport à l’idéologie qui fonde leur identité politique. Sont-ils de la social-démocratie? Sont-ils libéraux? Sont-ils humanistes? Aucun discours de ces hommes politiques ne permet de faire son opinion.

<script async src= »//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js »></script>
<ins class= »adsbygoogle »
style= »display:block; text-align:center; »
data-ad-layout= »in-article »
data-ad-format= »fluid »
data-ad-client= »ca-pub-4711733241009537″
data-ad-slot= »5661125067″></ins>
<script>
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
</script>

Au cours de leurs récentes sorties politiques, ni Azannaï encore moins Yayi n’a effleuré la question. Pour l’heure, ces deux hommes politiques en ont cure, car ce qui compte pour eux c’est le terrain et rien que le terrain. Il est vrai que les électeurs béninois en tout cas, le grand nombre, se foutentroyalement de ces français encombrants. Avril n’est donc pas loin et ces leaders de l’opposition s’attellent à faire bonne impression sur le terrain. On ne saurait leur en vouloir, mais l’élite ne leur pardonnera pas.Car c’est le nouveau contrat signé à travers le vote de la loi portant Charte des partis politiques. On peut dire qu’un philosophe ne saurait omettre de trouver une ligne idéologique à son parti. C’est d’ailleurs la moindre des choses, mais quoiqu’on dise, l’idéologie ou le courant politique d’un parti, c’est un peu comme son logo. C’est la partie visible et on ne saurait la mettre sous le boisseau.

<script async src= »//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js »></script>
<ins class= »adsbygoogle »
style= »display:block; text-align:center; »
data-ad-layout= »in-article »
data-ad-format= »fluid »
data-ad-client= »ca-pub-4711733241009537″
data-ad-slot= »5661125067″></ins>
<script>
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
</script>

Si ces partis se réclament de l’opposition, ils doivent tout de même expliquer en quoi leur lutte politique est favorable au peuple. En tout cas, les partis de la majorité ont clairement exposé leur ligne idéologique. L’Union progressiste est de la gauche avec la sociale-démocratie qui constitue le ferment de son engagement politique. Ce grand parti est suivi par le Dud (la Dynamique unitaire pour le développement),  qui affiche également un courant idéologique proche de la social-démocratie. Les Républicains, de leur côté, se  revendiquent du libéralisme et s’affichent clairement de la droite.

 

Jeu de cache-cache

 

On ne pouvait pas être surpris outre mesure de cette impossibilité de connaître  l’idéologie de ces partis de l’opposition.Car leur création a été faite dans un grand flou. A part l’Usl, les deux autres partis se revendiquant de l’opposition n’ont pas vraiment organisé des assemblées générales dignes du nom. Il semble même qu’en leur sein, ni l’un ni l’autre ne savait à quel moment l’autre allaitdéposer son dossier au Ministère de l’intérieur. L’Usl est allée seule, Re aussi et Yayi ensuite. C’était un jeu de cache-cache savamment orchestré par ces leaders qui se disaient unis. Dans un contexte de duplicité aussi visible, il était quasi impossible de savoir la ligne idéologique de ces partis. A cette allure, il faut plaindre  les militants de ces partis à l’insu de qui tout se fait et à l’égard de qui aucun respect n’est observé.

 

AT

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here