Insertion professionnelle des boursiers de l’Etat:Le gouvernement veut éviter la fuite des cerveaux

0
1649

Le gouvernement est soucieux de l’insertion et de la réinsertion professionnelle des boursiers. C’est à ce titre qu’il a adopté en Conseil des ministres du mercredi 22 janvier 2020, le projet de décret transmettant à l’Assemblée nationale le projet de loi relative à l’insertion et à la réinsertion professionnelle des allocataires de bourses d’études et de stage.

Le gouvernement travaille pour une meilleure prise en compte des boursiers. A cet effet, il a adopté le décret transmettant  à l’Assemblée nationale le projet de loi relative à l’insertion et à la réinsertion professionnelle des allocataires de bourses d’études et de stage. Le texte soumis à l’adoption de la Représentation nationale instaure un cadre juridique susceptible de favoriser l’utilisation rationnelle des compétences ainsi disponibles. A ce titre, il est désormais instauré un contrat d’engagement citoyen obligeant tout allocataire de bourse octroyée sous certaines conditions, à mettre les aptitudes acquises au terme de sa formation, au service de l’Etat sous peine de sanctions civiles et pénales. Il sera également créé un fichier national des bénéficiaires de bourses d’études et de stage, permettant de suivre leur évolution et de s’assurer de leur meilleure insertion ou réinsertion professionnelle. En soumettant ce projet de loi à la Représentation nationale, le gouvernement vient de remédier aux dysfonctionnements constatés et longtemps déplorés depuis des décennies. Cette initiative du gouvernement s’intègre parfaitement dans l’option prise par l’Exécutif d’offrir ces bourses en fonction des besoins de l’Etat en ressources humaines et des priorités économiques du pays. Le pouvoir Talon, en procédant de la sorte, n’invente rien puisqu’on observe bien que de telles dispositions existent dans les cas de sponsoring d’études par des entreprises ou organismes. Et donc, à défaut de travailler dans la structure qui a supporté les frais d’études, ceux-ci sont remboursés par la structure qui emploie finalement l’étudiant. Egalement, cette option colle bien aux exigences de certains pays occidentaux qui souhaitent que les étudiants rentrent dans leurs pays, une fois leurs études terminées. C’est une mesure qui est de nature à régler les problèmes de compétence et de profil que l’administration rencontre parfois dans plusieurs domaines. Connaissant la méthode Talon, le gouvernement mettra en place tout ce qu’il faut pour l’insertion professionnelle et une bonne intégration des personnes concernées.

 

Léonce Adjévi

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here