Insolite à Banikoara:Une morte recouvre la vie au cimetière de Toura

0
3987

Déclarée morte,  le jeudi 03 janvier 2019 aux environs de 19 heures,  dame  Koto Zaratou, mariée et mère de quatre enfants, est revenue à la vie le lendemain à 9 heures au cimetière de Toura lors de son inhumation. Alors qu’elle était alitée et  hospitalisée à la maison à cause d’un mal qui l’a rongeait depuis quatre mois, Koto Zaratou, la trentaine environ, a passé pourtant un bon moment de fête du nouvel an.

 

De source proche de la famille,  elle a partagé un bon plat d’igname pilée avec ses enfants et ses proches. Personne ne pouvait imaginer que deux jours plus tard, le mal dont elle souffrait allait refaire surface. Mais c’est malheureusement le cas. Koto Zaratou, piquée d’une crise, est plongée dans un coma profond. Toutes les tentatives pour l’a réanimée ont été vaines. Ainsi, ses parents ayant perdu  tout espoir, ont annoncé  la mort de leur fille. Comme une traînée de poudre, l’information a fait le tour du village.  Avec le cœur serré, les membres de la famille éplorée ont reçu  les messages de condoléances qui affluaient de partout. Consternation et amertume se lisaient sur leurs visages. Selon les rites de l’islam, la défunte a été conduit au cimetière de la localité le lendemain matin pour son inhumation. Ici, le corps a été déposé dans sa tombe prête à recevoir le sable pétrifié quand, après le premier coup de pelle, une toux suivie d’un mouvement a attiré l’attention. Il a été remarqué que le corps n’était plus en position initiale.

<script async src= »//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js »></script>
<ins class= »adsbygoogle »
style= »display:block; text-align:center; »
data-ad-layout= »in-article »
data-ad-format= »fluid »
data-ad-client= »ca-pub-4711733241009537″
data-ad-slot= »5661125067″></ins>
<script>
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
</script>

L’Imam Méhoda Daouda, l’officiant de la cérémonie d’inhumation, a alors ordonné qu’on ressorte  le corps. Avec ses fidèles,  ils ont commencé à implorer la clémence d’Allah. Et trente minutes plus tard, elle a rouvert les yeux en soulevant ses deux mains en signe de gratitude au Tout-puissant. Guèra Sirou, conseiller communal et l’oncle de la victime, confirme les faits. Transportée à l’hôpital de zone de Banikoara,  elle a recouvré totalement sa santé puisqu’elle est lucide et répond à toutes les questions qui lui sont posées. Selon les explications de Mohamed Toko, Directeur de l’hôpital de zone de Banikoara, la patiente est entrée sûrement en coma parce qu’elle ne parlait plus.  « Nous avons soupçonné  un coma hypoglycémique. Souvent quand les gens sont en coma, c’est difficile. Quand vous n’êtes pas agent de santé, vous ne pouvez pas savoir si la personne est vraiment décédée ou pas », a-t-il souligné. Les analyses médicales effectuées n’ont rien révélé d’anormal. « La patiente se porte mieux », a confirmé le médecin.

 

Zéphirin Toasségnitché

(Br Borgou-Alibori)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here