Installation de la 8ème législature:Les députés remplissent les formalités (Entre sérénité et optimisme)

0
3996

Les députés de la 8ème législature seront installés jeudi 16 mai 2019. Mais avant cette cérémonie, la pratique parlementaire recommande que les membres de la nouvelle Assemblée remplissent certaines formalités administratives. En répondant à l’appel du président sortant, Adrien Houngbédji, une soixantaine de députés étaient hier lundi 13 mai 2019 devant le comité d’accueil.

La première journée a été sans répit pour les membres de l’administration parlementaire commis à la tâche pour accueillir les nouveaux députés. En effet, sur les 83 élus, une soixantaine de députés se sont acquittés de l’obligation de remplir les formalités d’avant installation. Ces derniers sont déjà prêts pour s’installer  au Parlement. Il ne reste qu’une vingtaine de députés attendus ce mardi 14 mai 2019 pour que le compte soit bon. Les premiers qui sont allés remplir les formalités ont reçu comme kits, un sac comprenant divers articles nécessaires à leur fonction de député. Il est à rappeler que les députés qui ont ainsi fait le déplacement disposent de deux jours pour ces formalités. Ce mardi est donc le dernier rendez-vous destiné aux formalités d’usage avant l’installation officielle des 83 nouveaux députés. Selon des sources concordantes, la vingtaine de députés se sont annoncés pour ce jour. Enfin, il est à signaler que certains parmi les nouveaux parlementaires se sont prêtés aux questions des journalistes. Ils ont essentiellement saisi l’occasion pour remercier le peuple béninois, les électeurs et les institutions de la République qui, chacun en ce qui le concerne, ont joué leur partition pour la bonne marche du processus démocratique béninois.

MA

 

 

Impressions de quelques députés

Boniface Yèhouétomè, élu dans la 23ème circonscription électorale : « J’invite le peuple à la sérénité »

 

«…Je me réjouis de revenir pour la huitième législature. Je sais que nous avons initié à la septième législature des réformes qui nous ont conduits là où nous sommes arrivés. Mais la loi étant la loi, il faut bien pouvoir suivre les textes et continuer les réformes, de faire des aménagements, des réaménagements de manière à faire en sorte que notre système démocratique puisse continuer. Dans tous les cas, il n’y a pas de modèle de démocratie. La démocratie s’adapte aux réalités de chaque territoire. Quand vous prenez les grands pays, le contexte varie d’un pays à l’autre. Et je crois qu’au Bénin, on peut déplorer un peu tout ce qui s’est passé, mais aucune réforme n’est facile. Toutes les réformes sont difficiles. Mais il faut avoir la volonté et la force de continuer. Nous devons mettre tout en œuvre pour que le pays aille de mieux en mieux en respectant les textes (…) Je remercie les populations qui ont bravé les menaces, qui ont bravé les difficultés pour aller voter. Particulièrement dans ma circonscription électorale, si vous observez bien, le taux de participation est le plus élevé du pays. Donc je félicite vraiment mes parents qui ont cru devoir remplir ce devoir de citoyen. Pour le moment, le vote n’est pas obligatoire dans notre pays, mais c’est un devoir. Et certains ont rempli ce devoir, je les remercie. A d’autres niveaux, le taux de participation est plus faible. Des gens ont voulu aller voter, mais on les a peut être menacé, on les a empêché de le faire. Tout compte fait, comme la loi n’indique pas un taux pour que les élections soient validées. Et je crois que le vote a eu lieu et je remercie tout le peuple béninois y compris ceux qui sont restés de peur d’être malmenés agressés, séquestrés, ceux qui sont restés chez eux et n’ont pas cru devoir voter, je les remercie aussi. J’invite le peuple à la sérénité. De toutes les façons, rien ne vaut la paix, elle est valable pour tout le monde. J’aurais bien souhaité qu’il y ait plus de participations, qu’il y ait plus de formations politiques qui participent, mais à l’impossible nul n’est tenu. Cela s’est passé et je crois que les années à venir, nous allons faire en sorte que notre modèle démocratique contribue au bien de notre peuple, de notre pays et des acteurs politiques. J’espère que le parlement va poursuivre aussi les réformes et essayer de tirer leçons de tout ce qu’on a vécu parce qu’il n’y a aucune loi parfaite. Il y a des lois qu’il faut réaménager en tenant compte de notre réalité, de notre culture… »

 

Delonix Djimeko Kogblévi, élu dans la 15ème circonscription électorale : « On ne change pas une équipe qui gagne »  

 

«…C’est le vent qui m’a amené toujours là au quartier, le même vent qui m’a amené à l’arrondissement pour être adjoint au maire et chef d’arrondissement, c’est ce même vent qui m’a amené ici aujourd’hui pour être député à l’Assemblée nationale. C’est les populations, c’est le mieux être des populations qui chaque jour est au cœur de nos préoccupations et au cœur de nos actions pratiquement depuis le quartier, nous avons toujours fait ce que nous pouvons pour être toujours au côté des populations qui ont donné mandat et qui nous ont redonné mandat pour que nous puissions aller au niveau de l’arrondissement et nous retrouver ici aujourd’hui. Je crois qu’on ne change pas une équipe qui gagne. Ce que nous avons toujours pu faire au niveau de l’arrondissement, nous allons venir maintenant dans six arrondissements pour pouvoir le faire. Mais ici maintenant nous sommes un élu au plan national, ce qui nous préoccupe c’est tout le territoire national, le mieux être des populations par l’action gouvernementale. Le contrôle de l’action gouvernementale, nous allons nous préoccupé de ce qui est prévu pour cette population là au plan national et à partir de ce niveau voir la déclinaison au niveau de chaque circonscription et voir maintenant ce que nous pouvons faire au niveau de chaque arrondissement. Je crois que je suis bien dans ma peau pour faire ce job comme il se doit dans cette circonscription électorale parce que je suis un élu qui a quitté la base complètement pour arriver à ce niveau… » s actions pratiquement depuis le quartier, nous avons toujours fait ce que nous pouvons pur être toujours au côté des populations qui ont donné mandat et qui nous ont redonné mandat pour que nous puissions aller au niveau de l’arrondissement et nous retrouver ici aujourd’hui. Je crois qu’on ne change pas une équipe qui gagne. Ce que nous avons toujours pu faire au allons nous préoccupé de ce qui est prévu pour cette population là au plan national et à partir de ce niveau voir la déclinaison au niveau de chaque circonscription et voir maintenant ce que nous pouvons faire au niveau de chaque arrondissement. Je crois que je suis bien dans ma peau pour faire ce job comme il se doit dans cette circonscription électorale parce que je suis un élu qui a quitté la base complètement pour arriver à ce niveau… »

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here