Interpellation d’un présumé manifestant des émeutes du 28 avril:Tchaourou s’oppose à la Justice

0
2688

La ville de Tchaourou a été, hier lundi 10 juin 2019, le théâtre d’un soulèvement populaire. Suite à une interpellation d’un présumé instigateur des violences électorales du 28 avril 2019 par la Police, la population s’est vertement opposée à cette arrestation.  Elle l’a rudement manifesté  à travers des mouvements d’humeur qui ont pratiquement perturbé la circulation toute la journée.

La population de la Commune  de Tchaourou n’a pas digéré l’arrestation au petit matin  d’un présumé instigateur des violences électorales dernières faite par la police républicaine. Pour manifester contre cette arrestation qu’elle juge arbitraire,  la population de Tchaourou a barricadé la voie principale, reliant Parakou à cette ville. Les manifestants très courroucés,  ont bloqué la circulation perturbant ainsi la circulation pendant toute la journée. Pour ne pas essuyer des pertes énormes, certaines compagnies de transports en commun sont bien  obligées d’annuler leur voyage du jour. Les petits véhicules quant à eux, ont pris par les labyrinthes pour échapper à la furie des manifestants qui ont brûlé des pneus  sur tous les axes routiers de la ville. L’intervention des éléments de la Police républicaine  n’a pas émoussé les ardeurs de ces jeunes qui ne réclament que la libération de la seule personne arrêtée puis transférée au commissariat de Parakou. Il a fallu le renfort des militaires de la 2ème Bia de la cité des Kobourou pour libérer le trafic après des échanges de gaz lacrymogène et des jets de pierres. Sous escorte militaire, les usagers ont pu traverser la ville. Avec professionnalisme, les éléments de la police républicaine et des forces de défense ont géré la situation sans effusion de sang. Ce qui a permis au maire de cette Commune du Borgou, d’affirmer que  la situation est revenue à la normale.  « La situation est revenue à la normale. Les taxis circulent maintenant dans les deux sens. L’arrivée des militaires a permis de dégager la voie. Les gens circulent maintenant. Il n’y a pas eu de dégâts comme ça en dehors des pneus qui ont été brulés. Sinon que les dégâts, c’est sur le goudron, sur la voie inter-Etat », a confirmé le maire Sounon Bouko Bio. A l’heure où nous mettons sous presse, la situation est sous contrôle  et les usagers de l’axe routier Parakou-Kilibo peuvent librement circuler.  

 

Zéphirin Toasségnitché

(Br Borgou-Alibori)

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here