Invalidation de sièges des Cauris par la Cour suprême:Fcbe, la descente aux enfers ?

0
1164

La Force cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) est dans de beaux draps. A huit mois de la Présidentielle de 2021, le parti opposant au régime du président Patrice Talon perd des sièges suite à des arrêts de la Cour suprême. Les invalidations opérées par la Haute juridiction compliquent tout au parti qui n’était pas sûr d’obtenir les 10% d’élus maires requis par le Code électoral pour le parrainage à la Présidentielle.

Ça sent mauvais pour la Force cauris pour un Bénin émergent (Fcbe). La troisième force politique actuelle du Bénin depuis les dernières Communales et Municipales de mai 2020 vit des moments difficiles. Après l’invalidation du siège du conseiller Ousmane Traoré et de son suppléant à Parakou, le 16 juillet 2020 par la Cour suprême, la Haute juridiction a encore déplumé la formation politique se réclamant de l’opposition dans la Cité des Kobourou. Le parti de Paul Hounkpè a perdu un nouveau siège le jeudi 6 août 2020. Donnant suite à un recours d’un candidat du Bloc républicain (Br) tendant à invalider un siège Fcbe dans la Municipalité de Parakou, la Chambre administrative siégeant en matière électorale a déclaré recevable et fondé le recours. La conséquence directe de cette recevabilité de la requête est l’invalidation de l’élection et donc du siège de dame Adidja Ali Yérima de même que son suppléant. Dans la même journée du jeudi, à Ouassa-Péhunco, une mauvaise nouvelle a été annoncée par les juges de la Cour suprême. Le parti a connu un énième camouflet. Vidant le dossier 2020-254 via lequel un candidat du Br a demandé l’invalidation d’un siège Fcbe dans la Commune, le président de la Chambre administrative, Victor Adossou, et ses collègues ont déclaré recevable et fondé la requête avec pour effet, l’invalidation de l’élection et donc du siège de Gilles Sinabérogui de même que son suppléant. Du coup, trois sièges sont perdus en moins d’un mois par la Force cauris pour un Bénin émergent (Fcbe). C’est un coup de massue pour le parti, surtout en cette veille de la Présidentielle de 2021 où il a besoin de 16 maires pour espérer désigner au sein du parti un candidat pour l’élection. Avec ces arrêts de la Haute juridiction, les Cauris sont en principe écartés de la course à la magistrature suprême. Les marges de manœuvre du parti sont considérablement réduites avec les trois sièges perdus surtout quand on sait que la formation politique ne disposait pas encore des 10% d’élus maires requis par le Code électoral pour parrainer son candidat. Dans ces conditions, que va-t-il se passer ? Bien malin qui pourra le dire. Les prochaines semaines nous édifieraient.

 

Abdourhamane Touré

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here