Investissements en Afrique:Les entreprises  japonaises lancent l’offensive

0
1764
La septième conférence internationale sur le développement de l’Afrique, Ticad 7, se poursuit. Hier jeudi 29 août 2019 pour le compte de la deuxième journée, les débats ont porté sur le Partenariat public-privé (Ppp).
Le secteur privé japonais est prêt pour des investissements massifs en Afrique. C’est ce qu’on retient de la deuxième journée de la Ticad 7 qui se déroule à Pacifico Yokohama. Après l’appel du premier ministre du Japon, Shinzo Abe, qui ambitionne de mobiliser 20 milliards de dollars pour le développement du continent noir, les opérateurs économiques nippons ont répondu favorablement à cette invite et ont pris l’engagement d’accompagner cette dynamique en augmentant leurs investissements dans les pays africains. Tour à tour, le président du Comité africain de l’Association japonaise des dirigeants d’entreprise, Yasuhiko Yokoi, et le conseiller exécutif suprême, Toyota Tsusho, ont dit toute la volonté des entreprises nippones d’intensifier les investissements avec leurs partenaires africains. Outre le secteur privé du Japon, les acteurs du secteur privé africain ont aussi pris la parole pour exprimer leurs  attentes. Au nombre d’eux, le président de la Fondation Tony Elumelu, le fondateur du groupe Cleopatra, le Vice-président du groupe El Araby et le Pdg de Ethiopian airlines ont souhaité la mise en place d’un cadre d’investissement propice à l’investissement.   Pour ce qui est de la participation béninoise à ces travaux, on retient que le président Patrice Talon n’interviendra pas officiellement. Selon des sources crédibles, il a préféré des rencontres bilatérales au lieu des discours. A cet effet, il multiplie dans la discrétion qu’on lui connaît les rencontres be to be avec ses homologues. Demain, il fera le même exercice avec certains de ses pairs avant la clôture du sommet qui sera sanctionnée par une déclaration.
Joël Samson Bossou (depuis Yokohama)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here