Journée mondiale « zéro discrimination au Vih/Sida » :Les personnes infestées disent « non » à la stigmatisation

0
1104

Les personnes vivant avec le Vih/Sida du Bénin réunies au sein du Réseau béninois des associations des personnes vivant avec le Vih/Sida (Rébap+), ont organisé une sortie officielle le jeudi 28 mars 2019 à la place de l’indépendance de Djougou. L’objectif visé est de sensibiliser les populations sur la stigmatisation dont il fait l’objet de leur part.
La manifestation a mobilisé les autorités politico-administratives dont le maire de la Commune de Djougou, Abraham Abishaï Akpalla, le représentant du directeur départemental de la santé et celui du préfet de la Donga. Dans son intervention, le maire de la Commune de Djougou a reconnu que dans sa Commune, les personnes vivant avec le Vih/Sida sont victimes de stigmatisation et de discrimination. C’est pourquoi a-t-il dit, les activités prévues dans le cadre de la journée « zéro discrimination » permettront de renforcer les capacités des groupements féminins, des associations des personnes vivant avec le Vih/Sida, des leaders religieux, et des jeunes leaders sur les techniques de dédiabolisation du Vih et de sensibilisation des familles sur le respect des droits humains liés au Vih/Sida. Au nom des autorités, le maire a pris l’engagement de lutter contre la stigmatisation et la discrimination des personnes vivant avec le Vih/Sida. Selon le président du Conseil d’administration de Rébap+, Nassara Valentin, le rapport de l’enquête réalisée en 2015  au Bénin révèle que plus de 80 personnes, en particulier les femmes, sont victimes de l’exclusion des activités familiales pour cause de Vih/Sida. L’analyse des témoignages poignants réalisée en 2017 par le Rébap + avec l’appui de Onusida auprès de ses pairs a révélé que 82% des cas de stigmatisation ou de discrimination enregistrés sont d’origine familiale. Ce qui amène certains à cacher leur statut sérologique. Ce qui représente un danger pour la société en matière de prévention dans la lutte contre le Vih/Sida. Les populations sont invitées à ne pas éviter les personnes infectées, car on peut être porteur du virus et vivre longtemps sans causer de préjudices aux personnes non infectées. Il a, enfin, invité les populations à se faire dépister pour connaître leur statut sérologique et éviter de stigmatiser les porteurs du virus.

Emmanuel Akakpo
(Br Atacora-Donga)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here