La Cgtb invite les travailleurs aux urnes

0
2402

Face aux rumeurs qui circulent faisant état d’un appel de la Confédération gé-nérale des travailleurs du Bénin (Cgtb) à boycotter les élections législatives du 28 avril 2019, Moudassirou Bachabi, Secrétaire général de cette organisation syndicale est sorti de son silence. A la faveur d’une interview accordée à un or-gane de presse de la place, il a clarifié quelques zones d’ombres du communi-qué tout en invitant les travailleurs à remplir à leur devoir civique.

La  Confédération générale des travailleurs du Bénin (Cgtb) n’a jamais invité les travailleurs à boycotter les élections législatives du 28 avril 2019. C’est ce qu’il ressort des éclaircissements de  Moudassirou Bachabi, Secrétaire général de la Cgtb à l’issue d’un entretien. Selon le numéro 1 de la Confédération géné-rale des travailleurs du Bénin, il n’a été indiqué nulle part dans le communiqué qu’il faut boycotter le scrutin. « C’est clair. Il n’y a aucun appel au boycott. Ce n’est pas notre vocation et on ne pouvait même pas le faire en tant qu’organisation citoyenne qui lutte pour la libre expression des opinions dans toutes circonstances », a-t-il déclaré. A l’en croire, la Cgtb n’est pas une orga-nisation qui a pour vocation à donner des consignes de vote. Le droit de vote est un droit individuel, il n’est pas collectif. Il  n’appartient donc à une organi-sation comme la Cgtb de confisquer ce droit-là et de conduire ses militants dans un sens. « Ce que nous avons dit et que les gens n’ont pas exploité amplement dans la phrase, nous avons insisté sur le fait que malgré tout, nous devons avec tous les constats qui ont été fait et que nous déplorons, nous devons continuer à œuvrer pour la paix.  Œuvrer pour la construction de la paix, c’est d’inviter nos militants, parce que vous savez chacun s’exprime librement sur les toiles par certains individuellement en fonction de leur sensibilité politique », a-t-il confié. In fine, Moudassirou Bachabi  a déclaré que la Cgtb a juste demandé à ses responsables à divers niveaux de savoir opiner pour ne pas exaspérer. Mais en même temps, il leur conserve la liberté et le droit d’aller exprimer leur suf-frage. Ils ont même l’obligation d’aller exprimer leur suffrage parce que c’est un devoir citoyen. « En cette période sensible-là, il n’avait que notre secrétariat pour le leur rappeler que vous devez avoir des tenus. Des  postures qui ne cul-tivent pas la distension, qui n’exaspère pas le faussé, qu’ils doivent rapprocher les différentes parties prenantes du consensus  que nous recherchons », a-t-il conclu.

 

Mohamed Yasser Amoussa (Coll)

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here