Lancement de la plateforme e-learning:Une nouvelle ère s’ouvre sur les universités publiques

0
1608

Les portes des universités publiques sont de nouveau ouvertes depuis hier, lundi 11 mai 2020. Pour rester conformes à la décision du gouvernement le 6 mai 2020, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique et sa collègue de l’Economie numérique et de la digitalisation, ont procédé au lancement officiel de la plateforme e-learning. Cette cérémonie marque l’ouverture d’une nouvelle ère pour les universités publiques.

La révolution numérique de l’enseignement supérieur a commencé. Après environ deux mois de congés liés au Covid-19, les cours ont repris dans les universités publiques avec la dématérialisation. Pour permettre aux étudiants des facultés, écoles, instituts de suivre les enseignements en ligne sans le risque de contracter la maladie, les ministres de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Eléonore Yayi, et de l’Economie  numérique et de la digitalisation, Aurélie Adam Soulé, ont lancé lundi 11 mai 2020, au rectorat de l’Université d’Abomey-Calavi, la plateforme : https//étudiants.bj de e-learning (cours à distance). L’objectif visé par le gouvernement est d’éviter les regroupements et la présence physique qui pourraient être sources de  contamination et de propagation à grande échelle du virus. Entièrement conçue par l’Agence nationale de sécurisation des systèmes d’information (Anssi) et mise à la disposition des 4 universités publiques du Bénin, cette plateforme de type moderne permet aux étudiants béninois des facultés et écoles à gros effectifs de suivre les cours en ligne par visioconférence, et interagir avec les enseignants. Plus qu’une solution contre le Coronavirus, la formation en ligne est une réponse à toute une génération née avec un Smartphone à la main. Elle constitue la réalisation d’une promesse et d’une exigence du président Patrice Talon. C’est donc une nouvelle ère pour les universités publiques avec pour finalité une révolution qui allège les souffrances des étudiants.

 

Modalités d’inscription sur la plateforme

 

Au cours de la cérémonie, la présentation globale de la plateforme a été faite, et les modalités d’inscription ont été expliquées aux étudiants. « Idéalement un compte a été créé à chaque étudiant. Un étudiant, avant qu’il ne soit sur la plateforme, doit se rendre sur le portail : https://etudiant.bj », a expliqué le chef Service promotion des Tics à l’Université d’Abomey-Calavi, Victor Oyétola. Elle est conçue de manière à faciliter le processus d’accès aux étudiants. Sur- place, des exercices pratiques ont été faits pour interagir avec des étudiants qui ont pu se connecter pour suivre à distance les cours de leurs enseignants. « Je crois que c’est une grande première pour nos universités publiques », s’est réjouie la ministre du Numérique et de la digitalisation, Aurélie Adam Soulé Zoumarou. Au total, un catalogue de 100 cours sont programmés et libres d’accès à la même heure. Les ressources mises en ligne peuvent être consultées gratuitement et sans une connexion internet. Et plus encore, les cours dispensés par les professeurs sont automatiquement enregistrés. Les étudiants ont alors la possibilité et l’avantage de retrouver des cours à tout moment. Avec la transformation numérique, tous les métiers se métamorphosent. « Nous n’y avons pas cru au départ… Mais la chose est facile, assez accessible. Nos inquiétudes semblent trouver des solutions peu à peu », a affirmé le président de l’Union nationale des étudiants du Bénin (Uneb), Rodolpho Dakindji. Pour la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Eléonore Yayi, la mise en place de cette plateforme vient répondre à l’enthousiasme des universités pour la formation en ligne. « Il s’agit pour nous de répondre à cette grande attente du président de la République, Patrice Talon. Cette réussite nous permettra de lui dire qu’il ne s’est pas trompé en mettant cette plateforme à la disposition de la communauté universitaire, de par la qualité des documents et de par les moyens d’accès en place », a-t-elle déclaré. « Nous nous interrogions depuis des années sur les voies et moyens pour venir à bout du monde de la massification. Aujourd’hui, nous avons un outil. Merci au gouvernement de notre pays », a pour sa part complété le recteur de l’Université d’Abomey-Calavi, Maxime da Cruz. Le e-learning requiert, en effet, un ajustement permanent et une rigueur autant scientifique que technologique. « Nous sommes dans une amélioration continue. Ce n’est pas fini. Nous avons démarré et nous allons continuer à travailler dessus pour plus d’efficacité », a conclu la ministre du Numérique et de la digitalisation. Une fois le lancement de la plateforme terminé, les deux ministres se sont rendues à l’Ecole polytechnique d’Abomey Calavi (Epac), un établissement à faible effectif où les cours en présentiel ont aussi démarré dans le respect strict des gestes barrières.

 

Abdourhamane Touré

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here