Le clan Yayi accusé de la disparition de 27 milliards

0
1081

Chaque jour, le procès Icc-services garde ses grosses révélations. On pensait avoir un scoop lundi avec les supposés 2 millions remis à un ancien ministre, mais la journée d’hier a dévoilé encore un puant complot contre les maigres épargnes des déposants. 27 milliards de FCfa ont été emportés de force par le clan Yayi pour faire la politique.

Ça y est. Les grands complots sont portés au grand jour et des noms sont cités. Tégbénou et Akplogan sont  visiblement décidés à casser la baraque avec des déclarations qui éclaboussent le clan Yayi. Les coups fourrés menées dans le noir par ces hommes sortent un. Tégbénou et Akplogan ont confessé à la Criet hier que les éléments de Yayi Boni, avec l’appui de la puissance publique, ont d’autorité autorisée la prise de 27 milliards de FCfa des déposants cachés dans le domicile du sieur Tégbénou. En effet, après l’éclatement de l’affaire, des perquisitions menées au domicile de celui-ci ont amené des éléments en uniforme à défoncer avec le concours du soudeur de l’intéressé le coffre-fort et emporter la somme de 27 milliards de Fcfa.

<script async src= »//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js »></script>
<ins class= »adsbygoogle »
style= »display:block; text-align:center; »
data-ad-layout= »in-article »
data-ad-format= »fluid »
data-ad-client= »ca-pub-4711733241009537″
data-ad-slot= »5661125067″></ins>
<script>
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
</script>

Un hold-up commandé sous le couvert d’enquête pour vider le coffre-fort. Où se trouvent ces sommes? Pas une onde d’idées, mais les accusés savent ce à quoi ces sous ont servi. Au cours de leurs dépositions respectives, ils ont déclaré que ces milliards ont  servi pour la campagne présidentielle de 2011. Il est plus qu’une évidence désormais que les accointances entre l’ancien chef de l’Etat, Yayi Boni, et les promoteurs apparaissent évidentes au regard des dépositions. Ils avaient en effet depuis leurs comparutions respectives aux différentes sessions d’assises laissé entendre que l’ancien Chef de l’Etat était assez proche du dossier. Tégbénou l’appelle même  »ami personnel ». On n’a pas besoin de trop deviner pour comprendre les grandes collusions au niveau insoupçonné pour sanctifier le faux et donner blanc seing à des gens dont l’activité était illégale.

 

A genoux, le peuple implore Yayi

 

L’homme qui a tant aimé le Bénin ne peut pas voler les maigres sous déposés naïvement par ces derniers. Jusqu’au soir du procès d’hier, les personnes de bonne foi continuaient de refuser de croire que l’ancien Chef de l’Etat puisse être mêlé de près ou de loin à cette affaire. Cet homme qui aime si tant le Bénin et a tellement lutté pour les microcrédits et autres actions sociales ne peut pas oser voler l’argent illégalement placé par ces pauvres épargnants. Beaucoup de Béninois refusent d’y croire et à raison. Certains continuent même de penser qu’il s’agit de l’opprobre que ces deux accusés ont choisi de jeter sur l’ancien chef de l’Etat dont la probité et l’honorabilité n’est plus à démontrer. Au nom de tous les fils et filles du pays qui continuent de refuser les dépositions qu’ils qualifient de haineuse à la Criet, le Chef de l’Etat doit se décider de laver son honneur. C’est tout un peuple qui le supplie à genoux de se rendre à la Criet pour déposer ne serait-ce qu’en qualité de sachant.

<script async src= »//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js »></script>
<ins class= »adsbygoogle »
style= »display:block; text-align:center; »
data-ad-layout= »in-article »
data-ad-format= »fluid »
data-ad-client= »ca-pub-4711733241009537″
data-ad-slot= »5661125067″></ins>
<script>
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
</script>

Ce déshonneur que ces  »individus » jettent sur lui porte des relents fétides qui malmènent et  détruisent son honorabilité si chère. Il ne faudra pas laisser ce long réquisitoire à la Criet se poursuivre. Le chef de l’Etat Yayi Boni devra faire cesser tout ça en se rendant disponible pour dire sa part de vérité et rabattre le caquet à ces accusés qui sont à la recherche de bouc émissaire. C’est tout un peuple qui espère ce geste d’honneur et de dignité sauvegardés de la part de l’ancien homme fort du Bénin.

 

Le Pg a manqué d’arguments contre Koupaki

Beaucoup d’opposants ont tendu l’oreille quand le Procureur général a commencé son long réquisitoire accusant vertement le ministre d’Etat, Pascal Irenée Koupaki, mais ils sont restés sur leur faim. Le magistrat s’est juste contenté d’accusations sans énoncer avec précision des faits qui impliquent véritablement l’homme. Il a affirmé que Koupaki était le vrai manitou dans ce fumeux dossier, mais il a sur toute la ligne manqué de sortir des éléments probants qui confondent l’autorité un peu comme il l’a fait pour le sieur Topanou.<script async src= »//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js »></script>
<ins class= »adsbygoogle »
style= »display:block; text-align:center; »
data-ad-layout= »in-article »
data-ad-format= »fluid »
data-ad-client= »ca-pub-4711733241009537″
data-ad-slot= »5661125067″></ins>
<script>
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
</script>

Par rapport à ce dernier, il a affirmé qu’il a eu des rencontres avec lui et le chef de l’Etat à la Présidence. Il a cité avec précision les déclarations de celui-ci confortées  par une argumentation assez concise. On attend du magistrat cette concision pour le dossier  Koupaki, mais il ne l’a pas fait. Il a manqué à son sens de concision auquel il est resté fidèle sur toute la ligne pour ce qui est du dossier Koupaki. Ces propos ont été chargés d’amertume et ont démontré une forme d’acharnement inutile. Une fois encore, on n’a pas pu prouver l’implication de l’homme.

Egalement, le Procureur a affirmé ne pas connaître Icc-services, mais reconnaît à la fin avoir placé 3 millions de FCfa appartenant à sa femme, pour soi-disant comprendre comment fonctionne le système. Quelques petites incohérences qui ont parsemé la déposition du magistrat.

 

Abdourhamane Touré

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here